Delhaize se sépare de son CEO, les syndicats s'inquiètent

08/09/17 à 08:28 - Mise à jour à 11/09/17 à 16:44

Source: Belga

Delhaize se sépare de son CEO Denis Knoops, qui sera remplacé le 11 septembre par le Français Xavier Piesvaux. ce dernier a 27 ans d'expérience dans le secteur de la distribution.

Delhaize se sépare de son CEO, les syndicats s'inquiètent

Denis Knoops © Belga

A lire aussi: Ahold Delhaize en pleine forme ? Oui, mais...

Xavier Piesvaux était jusqu'ici vice-président senior du groupe Walmart au Canada. Avant cela, il avait passé dix ans en tant que CEO du retailer roumain Mega Image (division d'Ahold Delhaize); il y a joué un rôle important dans le développement de la marque, faisant passer le nombre de magasins de 14 en 2006 à près de 500 en 2015, selon le communiqué.

"Xavier est le successeur adéquat pour que Delhaize redevienne à nouveau le magasin préféré en Belgique et au Luxembourg."

Denis Knoops quitte le groupe Ahold Delhaize après 25 ans en son sein dont les trois dernières années à la tête de Delhaize en Belgique.

La marque au lion, qui compte 700 magasins en Belgique, est depuis un certain temps l'homme malade du groupe fusionné Ahold Delhaize. Ce dernier progresse aux Etats-Unis et aux Pays-Bas, mais stagne sur le terrain belge. Au deuxième trimestre, la marge opérationnelle de Delhaize en Belgique était de 2,5%, contre 2,9% un an plus tôt, mettant sous pression sa part de marché.

Xavier Piesvaux sera sous le commandement de Wouter Kolk, ajoute le communiqué. Jusqu'ici président de la marque Albert Heijn, M. Kolk rejoindra dès le 11 septembre le comité exécutif d'Ahold Delhaize en qualité de chief operating officer (COO) pour les Pays-Bas et la Belgique. Ensuite, il deviendra le COO pour l'Europe et l'Indonésie au 1er janvier 2019, succédant à Pierre Bouchut qui partira à la pension en 2018.

"Pas besoin d'un durcissement des relations sociales"

Les syndicats du secteur du commerce attendent du nouveau CEO de Delhaize qu'il soit à la hauteur des défis énormes qu'a posés la restructuration du groupe entamée il y a deux ans.

Myriam Delmée, vice-présidente du SETCa, constate que les personnes qui arrivent dernièrement dans le management de Delhaize n'ont pas un profil proche de la marque au lion. Le nouveau venu est passé par Walmart et par Delhaize mais en Roumanie. "Il n'a donc pas de tradition de la concertation sociale à la belge et nous n'avons certainement pas besoin d'un durcissement des relations sociales", explique-t-elle.

Outre l'arrivée du Français Piesvaux, la représentante du syndicat socialiste ne se réjouit pas de la nomination du Néerlandais Wouter Kolk comme Chief Operating Officer (COO) Netherlands and Belgium, et à partir de 2019, COO Europe and Indonesia. "Le profil Ahold prend le dessus. Or la notion de flexibilité du travail est beaucoup plus large aux Pays-Bas qu'en Belgique. Cela ne présage pas des choses positives", a-t-elle ajouté.

"Dès l'annonce de la restructuration, nous avions dit que supprimer 10 à 15 postes par magasin serait ingérable. Les responsables doivent comprendre que ce n'est pas suffisant pour le modèle de magasins propre à Delhaize. Celui-ci nécessite un volume de travailleurs précis", a encore indiqué Mme Delmée.

Les résultats de ces derniers trimestres n'ont pas été brillants en Belgique pour Delhaize et ceux-ci ne risquent pas de s'améliorer, tant les problèmes sont légion. Les ruptures de stocks sont constatées par de nombreux clients mais cela va plus loin. "Il y a des dysfonctionnements à tous les étages, " souligne Delphine Latawiec, secrétaire nationale CNE.

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires