Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

31/12/12 à 10:21 - Mise à jour à 10:21

Face à la sinistrose de 2012, mieux vaut voir le verre à moitié plein

Le 31 décembre, on a tous le même choix avant le coup de minuit : voir l'année 2012 comme un verre à moitié vide ou à moitié plein. Je pense que face à la sinistrose actuelle, la deuxième option est la meilleure.

Non pas que 2013 sera une promenade de santé sur le plan économique, le dire serait insulter tous ceux qui ont perdu leur emploi ou ceux qui vivent dans l'inquiétude de le perdre, mais regardons la situation comme elle est, et non en plus noire qu'elle ne l'est déjà :

D'abord, les indices économiques indiquent que le pire de la crise est derrière nous. François Hollande, le président de la République française l'a encore répété devant les médias. Et quant au ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, qui n'est pas un rigolo et qui est connu pour sa prudence, ce ministre a également estimé que le pire de la crise de la zone euro était désormais "derrière nous" dans un entretien au quotidien populaire Bild de vendredi dernier.

Les spécialistes nous ont annoncé à plusieurs reprises la fin de l'euro via une sortie de la Grèce. Or, l'euro est toujours là et se porte bien face aux autres devises. D'autres spécialistes nous ont également dit que l'Espagne et l'Italie allaient suivre la Grèce dans sa sortie de l'euro. Même si ces pays ne sont pas encore au mieux de leur forme, ils continuent d'emprunter à des taux d'intérêt plus faibles que l'été dernier. Notre propre pays, lui-même, n'a jamais payé des taux d'intérêt aussi faibles pour sa dette publique, ce qui est bon pour le budget et donc pour le portefeuille du citoyen.

Quant à notre budget, souvenez-vous de ce qu'on disait il y a quelques semaines. On nous a dit que la TVA allait augmenter d'un pour cent, qu'un impôt sur la fortune allait être mis en place, que les plus-values sur les actions allaient être taxées pour les particuliers, que l'immobilier allait être taxé davantage et finalement, tous ces scénarios du pire n'ont pas eu lieu. Au contraire, Depardieu a décidé de venir s'installer chez nous dans le petit village de Néchin, même si comme le disait avec humour Djamel Debbouze, "il ne voyait pas ce que le petit village belge allait faire de tout ce cholestérol".

Mon voeux pour 2013 sera donc simple : que votre job passe l'année 2013 et que ceux qui l'ont perdu en 2012 puissent en retrouver un autre rapidement.

Nos partenaires