Euroscreen lève 10 millions d'euros pour le développement d'une molécule

03/12/12 à 14:53 - Mise à jour à 14:53

Source: Trends-Tendances

(Belga) La société Euroscreen, spin-off de l'Université libre de Bruxelles (ULB) établie dans la capitale ainsi que sur l'aéropole de Gosselies (Charleroi), a annoncé lundi avoir levé 10 millions d'euros, une somme qui servira principalement au développement d'un traitement de l'endométriose, une maladie qui affecte 6 à 10% des femmes en âge de procréer.

"Le capital réuni sera utilisé en priorité pour les développements précliniques et cliniques Phase I et II de la molécule ESN364, pour le traitement de l'endométriose. 6 à 10% des femmes en âge de procréer sont touchées par l'endométriose, une maladie qui se caractérise par la prolifération de tissu endométrial en dehors de l'utérus. L'endométriose provoque des douleurs intenses et dans 3 cas sur 10, l'infertilité", explique la société dans un communiqué. Les études cliniques de Phase I de cette molécule devraient commencer avant la fin de l'année 2013 tandis que les études de Phase II et la preuve de concept sont programmées pour 2014. Le "pipeline" d'Euroscreen prévoit également le développement d'autres médicaments candidats pour d'autres indications, notamment la maladie d'Alzheimer. Cette levée de capital a pour comme investisseurs principaux le fonds Vesalius Biocapital II Partners et la Société régionale d'investissement de Wallonie (SRIW). Les actionnaires existants que sont Fortis Private Equity, Compagnie du Bois Sauvage SA, Ackermans & Van Haaren NV, l'Université libre de Bruxelles et des investisseurs privés ont également participé à l'opération. (PVO)

Nos partenaires