Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

25/10/12 à 09:54 - Mise à jour à 09:54

Et si l'iPhone sauvait l'économie américaine?

Vous n'allez pas le croire, mais un petit téléphone portable comme le dernier iPhone 5 de la firme Apple peut doper le PIB américain de 0,33% !

Comment direz-vous, un petit appareil, certes sympa, peut-il à ce point doper de plus d'un tiers de point la richesse nationale d'un pays ? Dire que l'iPhone 5 va sauver l'économie américaine peut faire sourire certains d'entre vous. Pourtant, c'est un économiste très sérieux de la banque JP Morgan qui vient de publier une étude sur le sujet. Pour lui, c'est clair, les hordes de consommateurs qui vont se ruer au cours de ce trimestre dans les boutiques Apple vont doper la croissance américaine avec un impact précis de 3,2 milliards de dollars!

Le calcul de cet économiste est simple mais efficace : il se fonde sur une vente de 8 millions d'iPhones 5 aux Etats-Unis pour le dernier trimestre de l'année. Vu que l'iPhone 5 n'est disponible que depuis quelques semaines - et en admettant que le prix de l'iPhone ne change pas et reste à 600 dollars - si on retranche les 200 dollars estimés du coût des importations de matières premières pour le construire, cela laisse 400 dollars par iPhone 5 qui s'intègrent au PIB des Etats-Unis ! 400 dollars multipliés par 8 millions d'iPhones écoulés font bel et bien 3,2 milliards de dollars. Fin de la démonstration.

Oui, sauf que ce calcul, même si on peut le contester, fait réfléchir car que penser d'une économie qui dépend à ce point d'un seul constructeur ? Que penser de cette nouvelle économie qui ne vit qu'à coup de renouvellements réguliers, c'est-à-dire d'un an maximum. Serait-on au début d'une nouvelle époque économique où les points de PIB vont désormais se chercher chez les nouvelles versions de produits hautement démodables ? Où sont les cycles de plusieurs années liés à la fabrication d'un nouveau modèle de voiture ou d'une nouvelle molécule ? Cela fait pas mal de questions qui font réfléchir. Notre avenir est sans doute en partie numérique, mais gardons à l'esprit que ce numérique peut créer des richesses en milliards de dollars sur un seul trimestre mais sans nécessairement créer beaucoup d'emplois sur le territoire national. Cela démontre aussi à quel point cette nouvelle croissance est fragile.

Nos partenaires