Zurich présente ses excuses pour avoir encouragé des entreprises à quitter le sol belge

13/12/12 à 11:23 - Mise à jour à 11:23

Source: Trends-Tendances

Dans une lettre envoyée le 24 octobre, Marc Rudolf, le directeur de l'office de promotion de Zurich invitait des sociétés implantées en Belgique à délocaliser leurs quartiers généraux vers la Suisse. Le courrier n'avait pas plu au ministre de l'Économie Johan Vande Lanotte et Kris Peeters, encore moins aux divers acteurs régionaux. Bénédict de Cerjat, ambassadeur de Suisse, a exprimé ses regrets à propos de ce qu'il qualifie de "malheureux incident".

Zurich présente ses excuses pour avoir encouragé des entreprises à quitter le sol belge

© ThinkStock

Pour encourager les entreprises à s'installer en Suisse, Marc Rudolf, directeur Europe de l'office "Greater Zurich area", évoquait notamment la grève des cheminots du 3 octobre dernier, laquelle a empêché les travailleurs de se rendre sur leur lieu de travail. Il relevait aussi un haut niveau de la dette belge et une économie en récession qui donnent une image négative du pays. Ce courrier n'avait guère plu au ministre de l'Économie Johan Vande Lanotte et Kris Peeters et encore moins aux divers acteurs régionaux, qu'ils soient politiques ou économiques, et notamment les agences de promotion régionales.

L'Awex - Agence wallonne à l'Exportation et aux Investissements étrangers - a décidé de réagir à ses propos par la plume de son administrateur général, Philippe Suinen, qui a écrit à l'ambassade de Suisse en Belgique pour lui faire part de sa déception quant à la méthode utilisée qu'il considère de "peu orthodoxe".

Suite à ce courrier, Bénédict de Cerjat, ambassadeur de Suisse, a exprimé ses regrets à propos de ce qu'il qualifie de "malheureux incident", tout comme la directrice exécutive de Greater Zurich Area AG, Sonia Wollkopf Walt. Cette dernière présente ses excuses et reconnaît personnellement qu'il était inapproprié et peu délicat d'être négatif à propos du climat économique belge et européen. "Le seul but était de porter la région de Zurich à l'attention d'entreprises internationales.", assure-t-elle. "Nous regrettons cet incident et nous en tirerons certainement des enseignements. Notre intention n'a jamais été d'offenser l'état belge et ses citoyens."

Ca.L

En savoir plus sur:

Nos partenaires