Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

28/12/15 à 11:21 - Mise à jour à 11:21

Volkswagen va apprendre l'humilité

Le slogan Das Auto sera remplacé par le slogan Volkswagen tout simplement. C est la volonté du nouveau PDG de VW de montrer plus d'humilité en 2016.

Volkswagen va apprendre l'humilité

© AFP

Pour Volkswagen, la leçon de l'année 2015 est l'humilité. La nouvelle direction a même décidé de changer son slogan. Ce slogan, chacun le connaît : c'est "Das Auto", la Voiture avec un grand V. Chacun l'a vu au moins une fois à la télévision, notamment pour la marque Opel, vantée par l'ex top model allemand Claudia Schiffer.

Mais aujourd'hui, venir devant le public avec un tel slogan serait de la forfanterie, surtout comme l'a rappelé le nouveau PDG de la firme devant 2000 cadres réunis à Dresde. Un tel slogan a-t-il reconnu n'a plus de sens depuis que VW doit faire face au pire scandale de son histoire, après les trucages de ses moteurs diesel. Soit une tricherie portant sur 11 millions de véhicules, tant en Europe qu'aux Etats-Unis. En réalité, cet abandon de ce slogan absolutiste répond à du bon sens. La nouvelle direction de VW est conseillée par des experts en communication, et ils ont expliqué à cette dernière qu'il fallait que la firme allemande soit plus modeste, plus humble après une pareille sortie de route industrielle. L'heure n'est plus à l'arrogance du fameux "made in Germany", mais à la courbe rentrante. C'est d'autant plus nécessaire que contrairement à ce que laissait paraître ce slogan, VW a raté plusieurs virages technologiques ou y est venue après ses concurrents.

Et puis, ne l'oublions pas, garder un tel slogan aurait été mortel alors que ses clients vont voir la valeur vénale de leur véhicule chuter ! Mais ce n'est pas tout, cette fin d'année est aussi porteuse de leçons pour le management des grandes entreprises. Il y a parfois une volonté de croître à tout prix, d'être le plus grand, le plus fort, le plus étendu. Bref, le "plus quelque chose". C'est parfois à cause de cette pression, que le management finit par fermer les yeux sur certains dérapages ou manquements à l'éthique.

Sans le dire aussi brutalement, le nouveau PDG de VW l'a reconnu à demi-mot en disant devant ses 2000 cadres qu'à l'avenir, "il ne considérerait pas la taille comme une fin en soi. Que l'on soit numéro un, deux ou trois en volume, cela m'est égal". Cela change de l'époque où VW disait urbi et orbi qu'il dépasserait bientôt Toyota en termes de ventes de voitures pour devenir le numéro UN mondial.

Quand je vous disais que VW avait redécouvert la modestie. C'est l'une des bonnes nouvelles de l'année 2015.

En savoir plus sur:

Nos partenaires