Volkswagen: enquête sur des paiements frauduleux aux représentants du personnel

12/05/17 à 17:29 - Mise à jour à 17:30

Source: Belga

(Belga) La justice allemande a lancé une enquête pour des versements supposés excessifs à certains représentants du personnel, a indiqué vendredi le parquet du tribunal de Brunswick (nord).

"Je peux confirmer que le parquet de Brunswick mène actuellement une enquête pour fraude présumée en lien avec la rémunération d'une activité au comité d'entreprise", a indiqué à l'AFP la procureure Julia Meyer, confirmant une information révélée par le journal local Braunschweiger Zeitung. Aucun détail n'a été donné sur l'identité des personnes soupçonnées, mais des sources concordantes indiquent que le premier visé est le président du comité d'entreprise du constructeur automobile, Bernd Osterloh. Un porte-parole du conseil de surveillance de Volkswagen a de son côté indiqué que le conseil était "bien sûr au courant d'une enquête en cours contre des membres actuels et anciens du directoire de même que de dirigeants des ressources humaines de l'entreprise." Le cercle des personnes inquiétées comprendrait donc tant des représentants des salariés que des cadres de la direction. Bernd Osterloh exerce deux fonctions chez Volkswagen. En tant que vice-président du conseil de surveillance, il a reçu l'an dernier une rémunération de 251.250 euros qu'il a reversée à la fondation Böckler, proche des intérêts des salariés. Il est par ailleurs chef du comité d'entreprise de VW à temps plein, étant dispensé d'exercer un autre métier en tant que salarié. Joint par l'AFP à Munich, le professeur d'université Volker Riedle, spécialiste des questions de droit du travail, explique qu' "un membre du comité d'entreprise doit être rémunéré comme s'il menait sa carrière de salarié. Des paiements complémentaires en qualité de représentant du CE sont interdits car cette activité a un caractère bénévole". Le juriste va plus loin, qualifiant ces largesse financières présumées de "partie d'une culture de corruption chez Volkswagen". Le passé de VW est déjà marqué par une autre affaire ayant mêlé l'ancienne direction du personnel, accusée d'avoir "acheté" le vote des représentants de salariés pour mener certaines restructurations. Volkswagen a indiqué à l'AFP que son système de rémunération des membres du comité d'entreprise respectait les dispositions en vigueur en Allemagne. La rémunération de Bernd Osterloh a été jugée conforme au droit par des juristes extérieurs au groupe, a affirmé l'entreprise. Le comité d'entreprise de VW a confirmé de son côté avoir été informé d'une enquête contre des représentants actuels et passés de l'entreprise. Bernd Osterloh perçoit un salaire équivalent à celui d'un chef de division chez Volkswagen, ajoute cette source. "S'il avait accepté une proposition pour devenir chef du personnel, sa rémunération représenterait un multiple de ce qu'il perçoit aujourd'hui. Au lieu de cela, il a décidé de continuer à consacrer son temps aux employés", souligne le comité dans un communiqué. L'affaire intervient à un moment où Volkswagen, frappé en 2015 par le scandale du diesel, doit se réorganiser en profondeur, prévoyant notamment la suppression d'environ 30.000 postes, dont 23.000 en Allemagne. (Belga)

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires