Vers une nouvelle guerre des talents

05/04/11 à 13:10 - Mise à jour à 13:10

Source: Trends-Tendances

Les départs volontaires de salariés ont augmenté en 2010, à l'inverse de la rotation dite "involontaire". La tendance devrait se poursuivre en 2011, selon Securex, qui prévoit d'ores et déjà une nouvelle "guerre des talents".

Vers une nouvelle guerre des talents

© Thinkstock

La rotation volontaire du personnel a augmenté significativement en 2010, alors que la rotation involontaire a diminué, en raison notamment de la reprise du marché du travail après la crise, ressort-il d'une étude menée par Securex dont les résultats ont été présentés mardi.

La tendance devrait se poursuivre à l'avenir, ce qui laisse supposer que les employeurs devront se lancer dans une nouvelle guerre des talents, note la société spécialisée dans la gestion des ressources humaines.

En 2010, la rotation volontaire a augmenté, à l'inverse de la rotation involontaire, auparavant "boostée" par la crise

L'an passé, 19,3 % des travailleurs belges du secteur privé ont quitté leur organisation, quelle qu'en soit la raison, contre un pourcentage total de la rotation de 19,7 % en 2009.

Avec l'arrivée de la crise économique, 2008 et 2009 avaient affiché un recul de la rotation volontaire et une augmentation considérable de la rotation involontaire. Les rotations volontaires et involontaires ont toutefois connu une évolution inverse en 2010.

La rotation volontaire a ainsi augmenté en 2010 par rapport à 2009, 7,8 % des travailleurs belges ayant quitté volontairement leur organisation l'an passé, contre 6,6 % l'année précédente. En revanche, la rotation involontaire a baissé, passant de 12,7 % en 2009 à 11,3 % en 2010.

"Les employeurs essaieront d'attirer, de motiver et d'engager les talents avec de nouveaux moyens"

Selon les intentions de départ relevées début 2011, la tendance devrait se poursuivre. Au début de l'année, 28 % des travailleurs du secteur privé ont indiqué avoir l'intention de quitter leur organisation, contre 22 % début 2010.

"Si ce phénomène se confirme dans les mois à venir, cela pourrait impliquer une augmentation rapide et importante de la rotation volontaire, souligne Helga Peeters, experte en ressources humaines chez Securex. Sur un marché du travail qui manque structurellement de main-d'oeuvre hautement qualifiée et technique, une poussée soudaine pourrait faire son apparition. Par conséquent, les employeurs essaieront d'attirer, de motiver et d'engager les talents avec de nouveaux moyens."

Cette nouvelle "guerre des talents" pourrait propulser la rotation volontaire vers des sommets inégalés, prévient-elle.

Mouvements de salariés : quel profil, dans quel secteur, dans quelle région ?

Les jeunes et les travailleurs hautement qualifiés sont ceux qui changent le plus souvent d'employeur, tandis que les petites entreprises rencontrent le plus de difficultés à garder leurs talents.

C'est dans le secteur de l'horeca que la rotation volontaire est la plus élevée, affichant 17 %, contre une moyenne de 7,83 % sur l'ensemble du marché du travail. Ce secteur fait également face à un pourcentage très élevé de rotation involontaire, à savoir 16,4 % contre une moyenne de 11,3 %.

Il existe également des différences régionales : l'année dernière, la Flandre présentait encore le pourcentage le plus haut de rotation volontaire (8,6 %) et le plus bas de rotation involontaire (9,8 %). Dans la Région de Bruxelles-Capitale, ces pourcentages sont respectivement de 7,8 % et 12,7 %. En Wallonie, la rotation volontaire est la plus faible (6,2 %) et la rotation involontaire la plus élevée (13,9 %).

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires