Van Hool: "Nous n'aurions jamais pu atteindre un prix de production si bas en Belgique"

12/05/14 à 18:03 - Mise à jour à 18:03

Source: Trends-Tendances

Van Hool n'a pas eu d'autre choix que d'ouvrir un site à l'étranger, en Macédoine, le fabricant anversois d'autobus ayant été mis sous pression par son distributeur américain ABC, suite à une offre de son concurrent chinois King Long.

Van Hool: "Nous n'aurions jamais pu atteindre un prix de production si bas en Belgique"

© ImageGlobe

Van Hool disposait d'un contrat exclusif, mais cette clause était en danger en raison d'une offre extrêmement basse de son concurrent chinois King Long, a expliqué lundi le CEO Filip Van Hool lors de l'inauguration d'une nouvelle usine à Skopje (Macédoine).

Si Van Hool n'était pas en mesure de proposer un autobus standard à moindre prix, ABC - dont la société anversoise détient 35% des parts - aurait fait affaire avec King Long, qui propose par ailleurs des véhicules plus spécialisés.

"King Long a pratiquement copié l'un de nos modèles et l'a proposé aux Etats-Unis pour 100.000 dollars de moins", précise M. Van Hool. "Nous n'avions pas le choix, nous n'aurions jamais pu atteindre un prix de production si bas en Belgique. Nous avons pris à l'unanimité la décision de nous tourner vers l'étranger une heure avant la fin de la deadline fixée par ABC, le soir de Noël 2011. Nous ne savions pas encore où nous irions et le timing constituait un nouveau défi. Des amendes étaient prévues si nous ne parvenions pas à livrer à temps."

Corruption Van Hool s'est renseigné en Pologne, en Serbie et en Turquie, avant de finalement opter pour la Macédoine. "Les membres du gouvernement se comportent ici davantage en managers qu'en politiques. Si un homme d'affaires fait face à un problème, on entreprend des actions concrètes en vue de parvenir à une solution."

La société anversoise a été à quelques reprises confrontées à des tentatives de corruption, admet-on. "Nous l'avons signalé et le gouvernement a pris les mesures nécessaires. Cela a témoigné de notre sérieux."

L'investissement macédonien de Van Hool s'élève au total à 40 millions d'euros - 25 millions pour les terrains et 15 pour le capital de travail. Le contrat prévoit que le constructeur pourra acquérir le terrain pour 15.000 euros après 95 ans.

Van Hool envisage à terme d'étendre ses activités à Skopje, mais pas au détriment de son site anversois. Le carnet de commandes de l'entreprise est pour cette année rempli à 90%, selon son CEO.

En savoir plus sur:

Nos partenaires