Une PME belge compte bien aller en justice contre Volkswagen

29/02/16 à 17:41 - Mise à jour à 17:40

Source: Belga

Volkswagen refuse une procédure en conciliation avec une PME belge concernée par les logiciels truqués par le constructeur allemand, annonce lundi l'avocat de l'entreprise Geert Lenssens, après une réunion de conciliation. Celui-ci ne voit pas d'autre issue que d'attaquer VW en justice.

Une PME belge compte bien aller en justice contre Volkswagen

© AFP

Les avocats belges Geert Lenssens et Laurent Arnauts avaient décidé en décembre dernier de lancer deux procédures-pilote contre Volkswagen, l'une pour les consommateurs privés, l'autre pour les entrepreneurs et les entreprises, touchés par le scandale des moteurs truqués.

Une entreprise propriétaire d'une flotte de 20 véhicules a ainsi été entendue lundi devant le tribunal de première instance de Bruxelles dans le cadre d'une procédure en conciliation. L'affaire concernant le particulier débutera pour sa part le 16 mars.

La PME estime ne pas avoir pu acheter à un prix honnête sa flotte de 20 véhicules diesel. Son avocat exigeait 'en nature' la reprise des véhicules et le remboursement du prix d'achat, ou du moins un dédommagement provisionnel de 10.000 euros par véhicule.

Mais VW a refusé lundi toute solution à l'amiable.

"C'est remarquable car on constate une rupture nette avec ce que VW avait promis auparavant et ce que l'entreprise a déjà fait aux Etats-Unis. Ils affirmaient vouloir un règlement à l'amiable", a rappelé Geert Lenssens.

"En Europe, où il existe des lois différentes dans chaque pays, VW semble désormais user de stratégies diverses pour mieux diviser." Selon Me Lenssens, son client a de grandes chances de gagner un procès. "VW a avoué sa faute. Nous parlons donc seulement de réparation du dommage subi en lien avec cette faute."

L'avocat de Volkswagen chargé de cette affaire n'était pas immédiatement disponible pour commenter la décision. Il a entre-temps réagi sur le site internet du quotidien De Tijd. "Mon client estime que la partie adverse n'a subi aucun dommage et qu'il n'y a dès lors aucune raison de négocier une solution à l'amiable."

En savoir plus sur:

Nos partenaires