Un virus voleur de bitcoins identifié par Kaspersky

02/11/17 à 16:57 - Mise à jour à 16:57

Source: Afp

La société de sécurité informatique russe Kaspersky Labs a annoncé jeudi avoir identifié un virus qui fait les poches des détenteurs de monnaies virtuelles et dont le butin atteint pour l'heure environ 140.000 dollars.

Un virus voleur de bitcoins identifié par Kaspersky

Kaspersky. © .

Ce virus, nommé "Crypto Shuffler", a déjà permis de voler "l'équivalent d'environ 140.000 dollars en bitcoins. Les montants volés dans d'autres monnaies virtuelles vont de quelques dollars à plusieurs milliers de dollars", a mis en garde Kaspersky Labs dans un communiqué, sans préciser où sévissait le virus.

Pour commettre son larcin, le virus s'infiltre sur les ordinateurs de ses victimes puis frappe lorsque qu'un détenteur d'argent virtuel copie-colle le code d'identification du destinataire d'un paiement, lui substituant ses propres coordonnés.

Les monnaies virtuelles connaissent un succès croissant auprès des utilisateurs, notamment le bitcoin, lancé en 2009. Ce dernier bat régulièrement des records malgré des soubresauts internes ou les restrictions exigées par la Chine tandis que la technologie sur laquelle il repose, la chaîne de blocs ("blockchain"), intéresse de plus en plus.

"Les monnaies virtuelles (...) se propagent activement dans le monde entier et deviennent plus accessibles aux utilisateurs, mais en même temps elles deviennent une cible plus attrayante pour les cyber-criminels", a averti Sergueï Iounakovski, un expert en antivirus de Kaspersky Labs cité dans le communiqué.

"Récemment, nous avons constaté une augmentation du nombre des attaques contre diverses monnaies virtuelles et il semble que cette tendance doive continuer à se développer", a-t-il ajouté.

La société informatique russe est connue notamment pour son antivirus Kaspersky, qui équipe quelque 400 millions d'ordinateurs dans le monde. Elle a récemment été accusée par la Sécurité intérieure américaine d'espionnage au profit du Kremlin, ce qu'elle dément.

Nos partenaires