Un nouveau système de voitures partagées débarque à Bruxelles

14/09/16 à 15:55 - Mise à jour à 15:54

Source: Belga

Après DriveNow en juillet, Bruxelles accueille dès ce mercredi un nouveau système de voitures partagées en free floating, Zipcar. La société amène sur le tarmac bruxellois quelque 250 Peugeot 208.

Un nouveau système de voitures partagées débarque à Bruxelles

© Zipcar

A lire aussi: Près de 900 voitures partagées déferlent sur Bruxelles

Annoncés à la veille du 1er juin et de l'autorisation du free floating à Bruxelles, les services de Zipcar sont disponibles depuis aujourd'hui/mercredi dans 16 des 19 communes de la Région (sud), ainsi qu'à l'aéroport de Zaventem.

Le système se veut particulièrement flexible. "C'est aussi rapide d'accéder aux voitures Zipcar qu'à une voiture personnelle", insiste le directeur pour la Belgique, Etienne Hermite. L'inscription et la réservation de la voiture la plus proche se font via l'application mobile (disponible sur iOS et Android). Le client dispose alors de 15 minutes pour récupérer le véhicule qu'il ouvrira avec son smartphone, les clefs étant dans la boîte à gants. Se garer où l'on veut, couper le moteur et laisser les clefs à l'intérieur de la voiture suffiront à mettre fin à la location.

Les clients paieront à la minute, de l'ordre de 25 centimes, sans abonnement annuel ou mensuel. Tous les coûts sont compris dans ce montant: assurance, parking (en rue ou dans les Interparking), entretien, assistance et carburant.

Les voitures ne sont en effet pas, encore, électriques. "L'infrastructure bruxelloise en la matière n'est pas encore assez développée", précise Etienne Hermite. La Région devrait être couverte de bornes de rechargement pour 2019, selon Pascal Smet ministre régional de la Mobilité, ravi de l'arrivée de Zipcar.

"Dans les années 60, on pensait que la modernité, c'était de faire de Bruxelles une ville pour les voitures. Notre gouvernement veut revenir en arrière et rendre Bruxelles aux gens", a-t-il commenté. "Posséder une voiture est une chose du passé, la partager, c'est le futur."

Pour le ministre, il est évident que le système de carsharing est une des solutions à apporter à l'épineux problème de la mobilité à Bruxelles. "On sait que de plus en plus de Bruxellois n'envisagent plus la voiture comme leur mode de déplacement préféré. Un changement est en train de s'opérer", observe pour sa part Céline Frémault, ministre en charge notamment de la Qualité de vie et de l'Environnement.

Un constat confirmé par une étude menée par iVOX pour Zipcar auprès de 400 personnes, selon laquelle près d'un Bruxellois sur cinq "envisage d'abandonner sa voiture personnelle avec l'arrivée du carsharing en freefloating dans la ville". Parmi les détenteurs d'une voiture (67% des sondés), quatre sur dix indiquent n'utiliser que rarement ou jamais leur propre véhicule à Bruxelles, estimant en majorité que ce n'est pas pratique. Elle est surtout utilisée pour rendre visite à la famille et aux amis (85%), faire des courses (69%) ou quitter la ville (68%). D'après l'enquête, les Bruxellois et navetteurs sont particulièrement lassés des files et bouchons, du manque de places de stationnement et du prix des tickets de stationnement. Autant d'ennuis que la société promet de limiter.

Avant d'attaquer le marché bruxellois, l'entreprise américaine Zipcar était déjà active dans 500 villes et agglomérations de par le monde, mais le free floating lancé ce mercredi est une première pour elle. Zipcar dispose d'une flotte de 12.000 voitures.

Nos partenaires