Un café-théâtre pour jeunes pousses

20/09/11 à 11:31 - Mise à jour à 11:31

Source: Trends-Tendances

Chaque mois, The Financial breakfast donne leur chance à six start-ups. Au cours d'un petit déjeuner, celles-ci présentent leur projet à des investisseurs potentiels dans l'espoir d'obtenir des moyens financiers.

Un café-théâtre pour jeunes pousses

Dix minutes pour convaincre à l'heure du petit déjeuner. C'est le temps dont les entrepreneurs en herbe, venus des quatre coins de la Wallonie, disposent pour présenter leur projet devant un parterre d'hommes d'affaires et d'investisseurs potentiels.

The Financial breakfast, comme l'a baptisé la société M5 à l'origine de l'initiative, vise à aider ces jeunes pousses à trouver les moyens financiers pour développer leurs projets. "Ces petits déjeuners financiers mettent en contact des entrepreneurs avec des investisseurs financiers, des patrons d'entreprise et des organismes qui accompagnent ou encadrent la création d'entreprise, comme Solvay Entrepreneurs ou les pôles de compétitivité. Les jeunes porteurs de projets ne viennent pas uniquement pour chercher des fonds mais pour y trouver aussi de l'expertise commerciale, industrielle ou en gestion", détaille Jean-Louis Mentior, l'administrateur délégué de M5.

Une manière de tester l'originalité d'un projet

Nés dans le cadre du programme "4x4 Entreprendre", les premiers petits déjeuners financiers remontent à 2002 et 2003 où ils étaient organisés avec le soutien de la Région wallonne. Ils viennent de reprendre, cette fois-ci avec le support de la Province du Brabant wallon qui met le Domaine du Belloy (Wavre) à la disposition des organisateurs. Pourquoi relancer l'initiative maintenant ? "Il y a un besoin, estime Jean-Louis Mentior. En Wallonie, on compte nombre de clusters et pôles de compétitivité qui font émerger des projets de création d'entreprise, mais il manque de relais pour les mener jusqu'au financement ultime, celui qui va permettre de passer de la phase du prototype à celle de la commercialisation du produit."

D'autres initiatives mettant en contact des start-ups avec des investisseurs potentiels existent comme, par exemple, les événements organisés par le réseau Be Angels. "La caractéristique des petits déjeuners financiers, souligne son organisateur, c'est leur côté café-théâtre. Nous n'avons pas la prétention de présenter des projets finis, disposant tous d'un business plan. Pour les entrepreneurs qui se lancent, c'est une manière de tester la crédibilité, la faisabilité et l'originalité de leur projet. Pour d'autres PME déjà actives, il s'agira de trouver de l'argent pour lancer un nouveau produit ou pour s'internationaliser.

Des financements de 100.000 à 3 millions d'euros

Concrètement : six projets sont présentés par séance, à raison de 10 minutes par dossier et de 5 minutes pour les questions-réponses. Les entrepreneurs sont cotés sur la qualité de leur projet et de leur présentation. Après cela, les participants marquant un intérêt pour l'un ou l'autre des projets reçoivent un complément d'informations. La participation à ces petits déjeuners est gratuite. Parmi les projets présentés lors des deux premiers rendez-vous de juin et septembre, on trouvait aussi bien des potagers modulables en résine végétale, des mélanges prébiotiques biologiques et un véhicule électrique à trois roues, que la volonté de commercialisation d'un dispositif médical qui révolutionne la vie des patients souffrant d'incontinence, ou des logiciels qui permettent aux entreprises de tirer le meilleur parti du potentiel de leurs collaborateurs.

Et du côté des résultats ? Une enquête effectuée à partir des 68 projets présentés aux Financial breakfasts en 2002 et 2003 montre que dans 80 % des cas, le projet s'est développé correctement ou considérablement. Autre enseignement : dans 53 % des cas, l'événement a apporté des contacts avec des financiers qui ont permis de réaliser une levée totale ou partielle des fonds. L'expérience montre enfin que les montants investis varient de 100.000 à 3 millions d'euros. Prochain rendez-vous : le 5 octobre.

Sandrine Vandendooren

Nos partenaires