Ultimatum à ArcelorMittal : "Si rien ne bouge, c'est la grève générale !"

08/10/10 à 10:12 - Mise à jour à 10:12

Source: Trends-Tendances

Les organisations syndicales ont rencontré la direction d'ArcelorMittal, hier jeudi en fin de journée. Ils lui ont lancé un ultimatum : si rien ne bouge d'ici à vendredi matin, ce sera la grève du bassin sidérurgique liégeois.

Ultimatum à ArcelorMittal : "Si rien ne bouge, c'est la grève générale !"

© Belga

Le secteur du froid, soit 1.000 travailleurs, est déjà à l'arrêt depuis jeudi après-midi. Les syndicats ont exposé les conclusions des assemblées générales, organisées sur tous les sites du bassin liégeois, à la direction, à savoir que les travailleurs rejettent en bloc ses propositions. La direction propose d'engager 150 travailleurs en CDI immédiatement. Une avancée jugée insuffisante par les syndicats, qui réclament l'engagement de 300 travailleurs temporaires en CDI.

Outre la politique d'embauche, les syndicats dénoncent les conditions de travail et "le démantèlement de la convention de 2004, qui garantit les rémunérations des travailleurs en cas de changement de secteur", précise David Camerini (CSC) : "Ils veulent toucher aux acquis sociaux. Et cela, c'est intolérable. S'ils ne revoient pas leur position d'ici vendredi matin, la phase liquide rejoindra le froid dans la grève."

ArcelorMittal compte 2.900 travailleurs, tous statuts confondus. Un tiers de l'entreprise est déjà à l'arrêt.

ArcelorMittal Châtelet : appel d'un conciliateur social

Les représentants syndicaux d'ArcelorMittal Châtelet ont décidé, hier jeudi, de maintenir le mouvement de grève qui se prolonge depuis plus d'une semaine sur le site, jusqu'à l'arrivée d'un conciliateur social. L'arrivée de ce conciliateur est prévue en début de semaine prochaine.

La conciliation a été sollicitée par la direction et les syndicats après que les deux parties ont de nouveau constaté l'incompatibilité de leurs positions. Pour rappel, les syndicats réclament une revalorisation de leurs conditions salariales après avoir accepté certaines concessions il y a quelques mois. La direction refuse une hausse qui concernerait l'ensemble du personnel ouvrier.

[UPDATE 1] ArcelorMittal : le "froid" toujours à l'arrêt à Liège

Suite aux discussions de jeudi soir entre la direction d'ArcelorMittal et les syndicats, des assemblées générales sont prévues vendredi sur tous les sites de production liégeois. Elles pourraient mener à la reprise du travail du froid, en grève depuis jeudi, comme à l'arrêt de la phase à chaud.

"La direction a fait part de son ouverture à la discussion sur les deux points de désaccord relevés à l'issue des assemblées et ce, à la condition que les usines à l'arrêt reprennent leur activité", a indiqué Etienne Botton, responsable communication d'ArcelorMittal.

Les discussions concernent la politique d'embauche de l'entreprise et les conditions de travail. "La direction accepte de discuter de points bloquants, a confirmé David Camerini (CSC). C'est-à-dire la convention 2004, qui vise à protéger la rémunération d'un travailleur en cas de transfert d'un site à l'autre, et les projets d'externalisation de certains sites. Il va y avoir des assemblées générales et ce sont les travailleurs qui décideront si on reprend le travail ou non."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires