"Travailler plus pour gagner autant" : le traitement de choc de Fedustria

22/11/10 à 09:59 - Mise à jour à 09:59

Source: Trends-Tendances

Pour rétablir notre compétitivité et créer de nouveaux emplois, Fedustria, la fédération belge du textile, du bois et de l'ameublement, préconise un "traitement de choc" : bloquer tous les salaires en 2011, revoir le système de l'indexation automatique et augmenter le temps de travail.

"Travailler plus pour gagner autant" : le traitement de choc de Fedustria

© Belga

Fedustria plaide, en vue des concertations interprofessionnelles à venir, pour un blocage salarial absolu en 2011, éventuellement combiné à une augmentation du temps de travail, a indiqué dimanche dans un communiqué l'organisation professionnelle des fabricants belges du textile, du bois et de l'ameublement.

Après un premier semestre prometteur, l'activité se détériore suite à la faible consommation privée, un euro à la hausse et une incertitude croissante en raison des problèmes suscités par les finances publiques dans de nombreux pays européens, indique Fedustria.

D'après l'organisation, la compétitivité de notre économie est en très mauvais état et cette situation est catastrophique pour son industrie, qui doit être concurrentielle sur les marchés internationaux.

"Un traitement de choc est nécessaire, indique donc Fedustria. Ce n'est que de la sorte que nous pourrons rétablir notre compétitivité, insuffler un nouvel élan à notre industrie et donner une impulsion pour la création de nouveaux emplois."

La fédération demande donc, en plus du blocage des salaires et des augmentations du temps de travail, que le système de l'indexation automatique des salaires soit revu : "Celui-ci doit d'ailleurs être utilisé afin de préserver le revenu net et ainsi le pouvoir d'achat des travailleurs, et non remplir les caisses de l'Etat."

La Fedustria espère que la concertation sociale opte de manière radicale pour le renforcement des entreprises par le rétablissement de la compétitivité.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires