Tout le monde veut une GoPro

20/05/14 à 11:00 - Mise à jour à 11:00

Source: Trends-Tendances

Alors que le smartphone grignote les ventes de GPS, d'appareils photos ou de caméras vidéo, un nouveau créneau lui tient tête : les "action cams". Ces mini-caméras destinées aux sportifs s'embarquent sur les skis, les casques ou les VTT. Dominé par la marque GoPro qui veut entrer en Bourse, le marché nourrit la convoitise de nombreux autres acteurs.

Tout le monde veut une GoPro

Derrière cette nouvelle tendance, on retrouve l'étonnante aventure de Nick Woodman, l'inventeur du concept. En 2004, ce passionné de surf imagine se doter d'une caméra pour immortaliser ses prouesses : l'idée de la GoPro, la caméra embarquée la plus connue du marché, est née. Il fonde la société Woodman Labs qui la développe et la commercialise. Le succès est rapide : dès le début, les ventes décollent. Sur 10 ans, elles ont doublé chaque année, au point de créer un nouveau marché. La marque GoPro est presque devenue un nom générique pour ces petites caméras, à l'instar de la marque Frigo ou encore Bic...

Ce succès, le patron de GoPro le doit, entre autres, à un marketing parfaitement adapté. L'homme consacre l'essentiel de son budget publicitaire au sponsoring de grands champions et d'événements sportifs. GoPro mise également sur quelques "bons coups", comme filmer la très médiatisée descente en chute libre de Felix Baumgartner dans la stratosphère pour la marque Red Bull en 2012. Le reste de son marketing, ce sont ses clients qui le réalisent. En effet, GoPro place les vidéos de ses utilisateurs au centre de sa stratégie pub. Raison pour laquelle son slogan est Be a Hero, rappelant le nom de ses caméras (Hero). Chaque jour, la page Facebook de la marque (qui compte 7 millions de fans), met la vidéo d'un internaute en avant. Et cela fonctionne, "l'engagement moyen des surfeurs pour la page Facebook de GoPro est bien supérieur à celui pour les autres marques du secteur", notait dans une analyse Monica Gostkiewicz, marketing and social media coordinator de Womma, la Word of mouth marketing association.

Les résultats sont là aussi. Les ventes cartonnent : les derniers chiffres dévoilés par la firme concernent 2012, année durant laquelle 2,3 millions de caméras GoPro auraient été écoulées pour un chiffre d'affaires de 521 millions d'euros. Et ce chiffre devait presque avoir doublé en 2013. Les investisseurs ne s'y sont pas non plus trompés. Après un premier tour de table à 88 millions de dollars en 2011, Woodman Labs a levé 200 millions supplémentaires en 2012 auprès de Foxconn, le géant asiatique qui assemble notamment les iPhone. Ce qui valorisait l'entreprise à 2,5 milliards de dollars, d'après le Wall Street Journal. Et, en février, le créateur de GoPro a introduit des documents officiels pour entrer en Bourse aux Etats-Unis.

Concurrence acharnée Cela confirme le souhait de Woodman Lab de soutenir sa croissance et de rester leader du marché. Car si deux caméras sur trois vendues en Europe sont des GoPro (quatre sur cinq aux USA), la concurrence met le turbo : JVC, Sony, Garmin, Hitachi, Polaroid et bien d'autres espèrent se tailler une part, même petite, d'un gâteau en pleine croissance. GoPro doit donc se maintenir. Pour renforcer sa position en dehors des Etats-Unis, la firme a installé son siège européen à Munich en fin d'année passée.

Christophe Charlot

2,3 MILLIONS de GoPro ont été vendues en 2012, pour un chiffre d'affaires de 521 millions d'euros. Un chiffre qui devrait quasi avoir doublé en 2013.

Nos partenaires