Timide percée pour la vente couplée

10/06/11 à 16:43 - Mise à jour à 16:43

Source: Trends-Tendances

Telenet propose l'iPhone à un euro. Belgacom lance une offre mobile couplée à une tablette Samsung. Mais ces initiatives restent isolées.

Timide percée pour la vente couplée

L'iPhone 4 pour une pièce d'un euro : l'offre a belle allure. Elle est signée Telenet, le câblo-opérateur flamand, qui propose une offre mobile via un accord MVNO avec Mobistar. Bien sûr, cette offre est assortie de quelques "petites" conditions. Le client qui veut s'offrir le célèbre smartphone d'Apple est tenu d'être client Telenet depuis quatre mois, de s'engager pour 24 mois et de conclure un abonnement à 75 euros (400 minutes d'appel et 1Go de téléchargement compris). L'opérateur reprend-il d'une main ce qu'il a cédé de l'autre ? Difficile à dire, tant les offres de téléphonie mobile sont difficiles à comparer. Selon Test-Achats, qui a décortiqué le contrat, le jeu n'en vaudrait pas la chandelle.

N'empêche, ce type de vente couplée peut marquer les esprits et séduire les consommateurs peu enclins à débourser plus de 600 euros pour acquérir un smartphone dernier cri. Pourquoi dès lors les opérateurs restent-ils si frileux en matière de vente conjointe ? Auparavant interdite en Belgique, elle est autorisée depuis un an par la loi sur les pratiques du commerce. "Les consommateurs belges ne sont pas habitués à ce type d'offre", avance Haroun Fenaux, porte-parole de Belgacom. Tout le contraire du client français, qui n'envisage plus d'y aller de sa poche pour s'offrir un téléphone mobile. Les offres conjointes y sont la norme.

Belgacom vient néanmoins de lancer un abonnement à l'internet mobile, qui comprend une tablette Samsung (environ 500 euros dans le commerce). Il ne s'agit pas exactement d'une vente couplée, puisque la tablette est louée par le consommateur pour une somme de 2 euros par mois, comprise dans le prix de l'abonnement (39,99 euros). Mais au terme des 24 mois contractuels, le client peut décider d'acquérir la tablette pour la somme de 75 euros. "C'est une manière de booster notre offre d'internet mobile", explique-t-on chez Belgacom.

Vente couplée = vente à crédit ?

Même si ce n'est pas encore à l'ordre du jour, l'opérateur pourrait éventuellement lancer une offre couplée incluant un smartphone Samsung, la marque coréenne avec laquelle Belgacom a conclu un contrat-cadre. Cette décision dépend en fait du succès de l'offre de Telenet. Sur le segment de la vente couplée, les opérateurs se regardent en chiens de faïence, attendant que le concurrent fasse le premier pas... et essuie les plâtres. Pour l'heure, Mobistar ne tient pas à se lancer sur ce terrain glissant. Pour proposer une offre couplée, il faut forcément proposer... un abonnement plus cher et/ou un engagement plus important sur la durée. Ce que n'apprécient pas forcément les consommateurs. "Nous préférons jouer la transparence et leur proposer d'acheter un smartphone à crédit", explique Mathieu Van Overstraeten (Mobistar).

Du côté de Base, on teste la vente couplée depuis un certain temps, mais uniquement sur le créneau des clients business. Ceux-ci ont des volumes d'appel plus importants, et sont donc prêts à débourser des sommes plus élevées pour leur abonnement mobile. "Un changement de stratégie n'est pas à l'ordre du jour, indique-t-on chez Base. Mais nous restons attentifs au marché." Si jamais l'iPhone à un euro fait un carton...

Gilles Quoistiaux

Nos partenaires