Telenet bouscule la télé flamande

30/06/14 à 14:46 - Mise à jour à 14:46

Source: Trends-Tendances

L'opérateur télécom Telenet devient copropriétaire des chaînes VIER et VIJF et redistribue les cartes audiovisuelles en Flandre.

Telenet bouscule la télé flamande

© belga

Pour comprendre ce qui se passe de l'autre côté de la frontière linguistique, osons cette comparaison "francophone" : c'est un peu comme si Belgacom devenait soudainement l'actionnaire principal de RTL Belgique. Autrement dit, un opérateur télécom qui s'offrirait un bon morceau d'une chaîne de télévision ou encore un "contenant" qui se paierait subitement du "contenu". Si ce scénario ne rencontre pas les faveurs de la CEO de Belgacom Dominique Leroy, il est pourtant devenu réalité il y a quelques jours à peine dans le paysage flamand.

Leader sur le marché de la télédistribution en Flandre, Telenet vient en effet de racheter les parts du groupe Sanoma dans De Vijver Media -- la société qui possède SBS Belgium et donc les chaînes flamandes VIER et VIJF, ainsi que la maison de production Woestijnvis -- pour 26 millions d'euros et a investi 32 millions supplémentaires dans l'aventure. Par cette opération, Telenet devient donc l'actionnaire principal de De Vijver Media à hauteur de 50 %, face aux deux autres actionnaires de l'entreprise -- l'éditeur Corelio et la société W&W du duo d'hommes d'affaires Wouter Vandenhaute (CEO de De Vijver Media) et Erik Watté -- qui détiennent désormais 25 % des parts chacun.

Conflit d'intérêts ?

En Flandre, certains dénoncent déjà le conflit d'intérêts potentiel qui pourrait surgir dans le chef de Telenet. Car cette fusion "contenant-contenu" dérange : en étant à la fois télédistributeur et propriétaire de chaînes de télé, l'opérateur flamand devient aussi, paradoxalement, concurrent des autres chaînes qu'il véhicule et il pourrait donc être tenté de favoriser ses propres programmes sur son réseau de distribution. D'où l'inquiétude de certains acteurs du paysage flamand qui se tournent déjà vers les autorités de la concurrence pour garantir une certaine impartialité, ce que Telenet a de toute façon confirmé.

Consultant médias et ancien CEO de SBS Belgium, Thierry Tacheny ne voit pas d'un mauvais oeil ce télescopage soudain : "C'est le futur écosystème des 30 prochaines années, commente-t-il. Ce rapprochement "contenant-contenu" a déjà été amorcé aux Etats-Unis il y a trois ans avec le rachat du réseau NBC par le câblo-opérateur Comcast et la tendance est aujourd'hui perceptible en Europe. Telenet est un acteur important de la télédistribution en Flandre et il a intérêt à ce que le paysage audiovisuel flamand soit solide face à la menace grandissante des géants mondiaux du Web. Son ancrage dans De Vijver Media est donc un deal d'opportunité, financièrement intéressant, doublé d'un beau geste politique qui consiste à se consolider en Flandre et qui lui permet aussi de prendre les devants d'un point de vue technologique".

Car pour Thierry Tacheny et d'autres observateurs du monde des médias, ce rapprochement "contenant-contenu" annonce aussi une autre évolution en parallèle : l'émergence de l'adsmart ou de la publicité personnalisée sur l'écran télé grâce aux données récoltées par les décodeurs numériques des opérateurs et aux espaces vendus par les chaînes aux annonceurs. Et quand on possède les deux, c'est effectivement plus facile...

En savoir plus sur:

Nos partenaires