Taxes douanières: Washington réplique, face à la Chine, avec sa proposition de liste

04/04/18 à 03:28 - Mise à jour à 03:29

Source: Belga

(Belga) Washington a poursuivi sa bataille commerciale contre Pékin, mardi, avec la publication de sa liste, provisoire, de produits d'importation chinois qui pourraient bientôt faire l'objet de taxes douanières supplémentaires. La liste vise des importations représentant "approximativement 50 milliards de dollars", et cible des secteurs divers, dont l'aéronautique.

"Les technologies de l'information et de la communication ou encore la robotique et les machines" sont aussi concernées, a précisé le représentant américain au Commerce (USTR) Robert Lighthizer. C'est ce dernier qui a proposé cette liste provisoire, en guise de mesure de rétorsion face "au transfert forcé de technologie américaine et de propriété intellectuelle", un grief régulièrement exprimé à l'encontre de la Chine par l'administration Trump. Selon Lighthizer, l'idée de cette probable nouvelle salve de taxes est de "viser les produits qui profitent aux projets industriels de la Chine tout en minimisant l'impact sur l'économie américaine". La liste provisoire comporte quelque 1.300 biens. Elle va être examinée, avant la publication d'une liste définitive qui ne devrait pas se faire avant 30 jours. La liste de Robert Lighthizer fait suite à l'annonce du président américain de prochaines mesures punitives contre ce qu'il appelle la concurrence déloyale et le vol de propriété intellectuelle orchestrés par Pékin. Il avait alors parlé de viser des importations chinoises d'un montant pouvant atteindre "60 milliards de dollars", et avait signé, le 22 mars, un "memorandum ciblant l'agression économique de la Chine", qui devait être suivi dans les deux semaines d'une proposition de produits à taxer. Sont ciblés, les secteurs industriels où "la Chine est supposée avoir tiré un avantage en faisant l'acquisition injuste ou en forçant le transfert de technologies de la part des entreprises américaines", avait expliqué le 22 mars le directeur adjoint du conseil économique national. Washington vise notamment, en accusant la Chine de vol de propriété intellectuelle, le système de coentreprises imposé par Pékin aux entreprises américaines: en contrepartie d'un accès au marché chinois, ces firmes sont obligées de partager avec des partenaires locaux une partie de leur savoir-faire technologique. L'ambassade de Chine à Washington a immédiatement condamné, mardi, comme elle l'avait déjà fait précédemment, ces "mesures unilatérales et protectionnistes (qui) violent les principes fondamentaux et les valeurs de l'OMC". "Elles ne servent ni les intérêts de la Chine, ni ceux des Etats-Unis et encore moins de l'économie mondiale", ajoute-t-elle. Pékin "prendra des mesures correspondantes de même ampleur et importance contre des produits américains", a-t-elle promis. (Belga)

Nos partenaires