Taxe de 3 euros: un million de passagers par an et 1.000 emplois perdus pour Ryanair

17/07/13 à 14:35 - Mise à jour à 14:35

Source: Trends-Tendances

Ryanair serait contraint de réduire son trafic à l'aéroport de Charleroi de 17% si la taxe de 3 euros sur les billets d'avion dans les aéroports régionaux, décidée mardi par les ministres wallons, est appliquée, affirme mercredi la compagnie aérienne low-cost dans un communiqué.

32ème sur 60, la compagnie low-cost irlandaise affiche un indice de sécurité à 0,057. Le seul accident grave qu'elle a connu a eu lieu en novembre 2008. Un Boeing 737-700 était sorti de la piste à l'atterrissage à Francfort ne faisant aucune victime.

32ème sur 60, la compagnie low-cost irlandaise affiche un indice de sécurité à 0,057. Le seul accident grave qu'elle a connu a eu lieu en novembre 2008. Un Boeing 737-700 était sorti de la piste à l'atterrissage à Francfort ne faisant aucune victime. © Reuters

Cela représenterait une perte de plus d'un million de passagers par an et 1.000 emplois à l'aéroport de Charleroi, met en garde Ryanair. La compagnie aérienne a écrit au gouvernement wallon en vue de le rencontrer en urgence. Ryanair estime que l'instauration d'une telle taxe en Wallonie serait dommageable pour l'aéroport de Charleroi et la compétitivité de la Wallonie. La compagnie aérienne cite en exemple une série de pays européens, dont l'Irlande, qui ont instauré une telle taxe et vu leur nombre de voyageurs fortement diminuer.

"Le gouvernement belge a abandonné en 2008 le projet d'une taxe similaire en 2008 et depuis lors, le trafic de Ryanair à Brussels Charleroi a plus que doublé, passant de 2,5 millions à plus de 6 millions de passagers en 2013. Une taxe par passager introduite aux Pays-Bas en 2008 a été abandonnée par le gouvernement néerlandais en 2009 (...). Le Danemark a également abandonné sa taxe par passager et par la suite renoué avec la croissance", explique dans un communiqué Ryanair.

Pour Ryanair, la taxe prévue en Wallonie conduira inévitablement à une baisse considérable du trafic et de l'emploi à Charleroi, car les passagers voudront éviter les aéroports wallons au profit d'aéroports meilleurs marchés.

Les pilotes de Ryanair veulent former un syndicat

Par ailleurs, les pilotes de la compagnie aérienne low cost Ryanair ont annoncé qu'ils souhaitaient s'associer au sein d'un syndicat, contre la volonté de leur employeur. Selon le journal allemand "Die Zeit", plus de la moitié des 3.500 pilotes ont rejoint le 'Ryanair Pilot Group' (RPG). Le président à titre provisoire Evert van Zwol met en garde la direction, que si celle-ci n'accepte pas les représentants des pilotes comme partenaire de négociation, ils ne manqueront pas de réagir, n'excluant pas une grève. Le PDG de Ryanair Michael O'Leary ne semble pas déstabilisé par cette menace. "RPG n'existe pas", a-t-il répondu. Il justifie son choix de ne pas tolérer les syndicats par le fait que selon lui, ces derniers sont opposés à tout changement, même utile.

En savoir plus sur:

Nos partenaires