Syndicats et patronat approuvent un accord sectoriel pour 450.000 employés

22/06/15 à 18:47 - Mise à jour à 18:47

Source: Belga

Les centrales employés des syndicats et le patronat ont approuvé lundi l'accord sur une nouvelle convention collective de travail sectorielle pour quelque 450.000 employés, a-t-on appris lundi auprès du SETCa et de l'UCM.

Un préaccord avait été conclu récemment entre syndicats et employeurs dans le cadre de la commission paritaire auxiliaire pour employés (CP 200, anciennement CP 218), qui regroupe des secteurs tels que le commerce de gros, la construction, l'industrie verrière, l'édition ou l'informatique. Au total, cette commission paritaire, la plus importante du pays, concerne 450.000 employés dans plus de 50.000 entreprises.

Le projet prévoit une prime brute indexée de 250 euros, versée chaque année au mois de juin à partir de 2016. Il peut également être décidé au niveau de l'entreprise de convertir la prime en un avantage équivalent, comme, par exemple, des chèques-repas, auquel il faudra alors ajouter la cotisation patronale à l'ONSS. Le texte prévoit en outre une interprétation maximale des possibilités de RCC (l'ancienne prépension) et de crédit-temps.

Y figure également une prolongation de la CCT en matière de formation pour 2016-2017. L'Union des classes moyennes (UCM), qui siège au sein de cette CP 200 aux côtés de l'Unizo et de la FEB notamment, se réjouit de la signature de cet accord. "C'est un très bon accord pour les petites entreprises. Il garantit la paix sociale, reste strictement dans les limites de l'accord interprofessionnel et la prime de 250 euros en 2016 est à la fois simple et souple. L'employeur peut la verser brute ou l'adapter à la réalité de son entreprise s'il octroie des chèques-repas ou prévoit une pension complémentaire."

De son côté, la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) a également fait part de sa satisfaction par rapport à un accord qui "respecte entièrement le projet d'AIP et la loi du 28 avril 2015 instaurant la marge maximale pour l'évolution du coût salarial pour les années 2015 et 2016."

En savoir plus sur:

Nos partenaires