Sursis pour l'usine Bombardier à Bruges

03/03/17 à 08:43 - Mise à jour à 14:04

Source: Belga

L'usine de Bombardier à Bruges ne sera pas fermée mais des craintes subsistent sur des pertes d'emplois à moyen terme. Le site brugeois du constructeur canadien de trains et de trams sera géré, fin 2018, par l'unité de Crespin dans le nord de la France, ont indiqué vendredi les syndicats à l'issue d'un conseil d'entreprise européen qui se déroulait à Derby (G-B).

Sursis pour l'usine Bombardier à Bruges

L'usine Alstom-Bombardier de Bruges. © Belga

L'usine de Bruges est donc provisoirement sauvée. Il n'y aura pas de fermeture d'usine en Europe. Cependant, les syndicats se posent des questions quant à l'avenir de l'unité belge.

Ils se demandent notamment comment sera organisée la direction de l'usine de Bruges. D'ici la fin 2018, c'est en effet le site de Crespin qui sera en charge de l'usine belge. Cela signifie que 120 cadres et membres du personnel des services de soutien perdront leur emploi. "Mais nous n'en savons rien encore. Les discussions sur l'opération de déménagement débuteront lundi. Nous devrions en savoir plus concernant l'impact sur le personnel", explique Steven Bogaert, du syndicat ACV (CSC).

L'incertitude plane encore sur l'unité de production. Ainsi, Bombardier Bruges deviendra une "lean factory", principalement dédiée au marché local. "Nous lançons de nouveau un appel aux gouvernements flamand et fédéral pour qu'ils fassent appel à Bruges pour les commandes de De Lijn et de la SNCB", ajoute le syndicaliste.

Bruges a reçu deux mois de sursis de la part du groupe. La commande des 146 nouveaux trams pour la société de transport De Lijn est dès lors cruciale. La société flamande de transport public avait lancé un appel d'offres mais c'est la société espagnole CAF, et non Bombardier, qui a remporté le contrat. L'attribution de ce contrat a cependant été suspendue par le Conseil d'État après un recours de Bombardier. Les syndicats espèrent que ce contrat reviendra in fine à Bruges.

Bombardier avait annoncé une nouvelle vague de licenciements avec la perte de 3.566 emplois en Europe et 5.680 dans le monde. Des chiffres précis pour Bruges ne sont pas encore connus.

En savoir plus sur:

TrendsInformation Services

Connectés en permanence

Connectés en permanence

A peine une vingtaine d'années se sont écoulées entre l'apparition des premiers ordinateurs ...

Nos partenaires