"Sur le prix, les Chinois peuvent faire concurrence. Pas sur la sécurité et la qualité"

07/08/15 à 14:02 - Mise à jour à 14:02

Source: Belga

La pression des sociétés de dragage chinoises incite leurs homologues belges à innover, a affirmé au Caire le CEO de DEME, Alain Bernard.

"Sur le prix, les Chinois peuvent faire concurrence. Pas sur la sécurité et la qualité"

© Reuters

"Sur le prix, les Chinois peuvent faire concurrence, mais pas sur le plan de la sécurité et de la qualité", a commenté Alain Bernard vendredi, au lendemain de l'inauguration du nouveau canal de Suez.

Pour procéder à l'extension du canal, l'Égypte a été séduite par la technique des dragueurs belges (DEME et Jan De Nul) et néerlandais. Les sociétés de dragage chinoises, bien que disposant de la flotte la plus importante au monde, ne pouvaient pas s'aligner. Un doute subsistait autour de la capacité des acteurs chinois à mener à bien un projet de cette envergure, à savoir travailler une distance de 70 kilomètres en moins d'un an de temps.

La concurrence chinoise est une réalité. "On y est confronté partout", poursuit M. Bernard. "Ils constituent pour nous un défi. Nous devons maintenir notre avance en innovant." Les dragueurs chinois sévissent même en Europe, mais pas toujours avec succès, comme des projets en Pologne et en Grande-Bretagne peuvent en témoigner.

DEME, en consortium avec une société américaine, a contribué à l'élargissement du canal de Suez qui a été inauguré officiellement jeudi, en présence notamment du vice-Premier ministre belge Kris Peeters. L'Égypte veut convertir l'ensemble du canal en un hub économique avec des activités logistiques, industrielles et maritimes. "De nombreux projets arrivent sur la table", a indiqué à ce sujet Alain Bernard.

En savoir plus sur:

Nos partenaires