Statut unique: Fedustria veut le régime d'exception pour ses entreprises

16/07/13 à 09:19 - Mise à jour à 09:19

Source: Trends-Tendances

Le compromis sur l'harmonisation des statuts des ouvriers et des employés est "coûteux" et "comporte de nombreuses imprécisions et incertitudes", conclut la Fedustria, l'organisation des fabricants du textile, du bois et de l'ameublement, après analyse du texte. Elle souhaite que les entreprises qu'elle représente bénéficie du régime d'exception.

Statut unique: Fedustria veut le régime d'exception pour ses entreprises

© Thinkstock

"Pour les secteurs occupant de nombreux ouvriers (jusqu'à 80% dans le textile, le bois et l'ameublement), ce compromis menace d'engendrer une importante hausse des coûts, ce qui, dans la crise économique actuelle, doit absolument être évité", affirme la Fedustria dans un communiqué. L'organisation professionnelle plaide dès lors pour que la plupart de ses entreprises puissent relever du régime d'exception pour les délais de préavis.

Le compromis ne comportant aucune mesure spécifique pour les restructurations, les coûts y afférents devraient augmenter très fortement dès 2014 pour les entreprises occupant de nombreux ouvriers, selon la Fedustria. Elle "plaide dès lors une nouvelle fois afin que des mesures spécifiques soient prises pour garder les restructurations encore abordables à l'avenir et sauvegarder ainsi un maximum d'emplois".

LBC-NVK réclame un calcul précis de la répartition des coûts Le syndicat chrétien flamand des employés LBC-NVK réclame un calcul clair de la répartition des coûts du nouveau statut unique. Le syndicat a l'impression que les employés paient tout, indique son secrétaire général, Ferre Wijckmans, dans un communiqué de presse.

La plus grosse centrale du syndicat chrétien ACV a organisé lundi un conseil sur le statut unique. Le syndicat des employés réclame un calcul très précis de la répartition des coûts de ce nouveau statut. Il a l'impression que les employés et le gouvernement paient l'entièreté de la réforme, et qu'il n'y a aucun coût supplémentaire pour les employeurs. Le syndicat réitère également son appel pour apporter une série d'ajustements à la nouvelle règle.

En savoir plus sur:

Nos partenaires