Spadel : ses investissements "massifs" plombent son bénéfice

30/03/11 à 10:22 - Mise à jour à 10:22

Source: Trends-Tendances

Spadel, qui commercialise notamment les eaux Spa et Bru, a vu son bénéfice net reculer de 13 % en 2010, à 12,78 millions d'euros. Plusieurs raisons à cela, parmi lesquelles un certain tassement sur certains de ses marchés, mais aussi les "importants investissements" consentis.

Spadel : ses investissements "massifs" plombent son bénéfice

© Belga

Spadel, qui commercialise notamment les eaux Spa et Bru, a vu son bénéfice net reculer de 13 % en 2010, à 12,78 millions d'euros. Son chiffre d'affaires net s'est tassé de 1,4 % par rapport à 2009, à 196,45 millions d'euros, selon les résultats publiés mardi par le groupe, qui souligne "la stratégie d'investissements massifs" menée en 2010.

Spadel, dans son communiqué, explique la baisse de son chiffre d'affaires net par la baisse de 3,2 % des volumes vendus en 2010 dans "un marché de l'eau minérale embouteillée toujours perturbé et très concurrentiel".

Marchés : Spadel souffre en Belgique et aux Pays-Bas, progresse en France et au Royaume-Uni

En Belgique, Spadel constate une évolution défavorable du segment de l'eau minérale plate en formats familiaux. En revanche, "Spa Reine consolide sa position de leader et d'eau favorite des Belges", selon le groupe.

Aux Pays-Bas, les parts de marché des eaux minérales de Spa ont souffert de la concurrence des marques de distributeurs et des marques premiers prix. Les limonades Spa Fruit plates et pétillantes ont également perdu du terrain.

Après plusieurs années de régression, le marché français s'est distingué par une légère progression, soutenue par une "croissance sensible" des eaux pétillantes. Enfin, au Royaume-Uni, Spadel note en 2010 une progression du marché des eaux minérales tant sur le segment des eaux plates que sur celui des eaux pétillantes.

Investissements : 14 millions d'euros en 2010

L'année 2010 a été marquée par les importants investissements en immobilisations corporelles et incorporelles consentis par le groupe, à hauteur de 14 millions d'euros, contre 8 millions d'euros en 2009 et 8,8 millions d'euros en 2008. Ils concernent principalement :

- une nouvelle ligne de soutirage pour les formats en verre à Spa Monopole,

- le développement de la nouvelle gamme Spa Reine en format PET,

- le déménagement de l'institut HenriJean sur le site de Spa Monopole,

- le développement de la nouvelle gamme Bru en format verre,

- une nouvelle souffleuse sur le site de Brecon.

Le conseil d'administration proposera la distribution d'un dividende brut de 1 euro (0,75 euro net) par action.

Perspectives : "difficiles" pour 2011

Certains indicateurs témoignent d'une reprise de la consommation d'eau embouteillée sur certains des marchés de Spadel, souligne l'entreprise, "mais l'année 2011 sera une année difficile avec des défis importants". Leader en eaux minérales naturelles au Benelux, Spadel "continuera d'investir dans ses marques. A ce titre, l'année 2011 sera marquée par la relance des eaux minérales naturelles pétillantes de Spa, ainsi que la poursuite des premiers succès enregistrés grâce aux nouvelles bouteilles en verre à marque Bru."

Sur le plan des approvisionnements, les coûts de la matière PET ont connu une hausse sensible au cours des derniers mois suite à l'envolée des prix des produits pétroliers. D'autres matières premières ont également connu des hausses de prix importantes, précise Spadel. Après avoir réalisé un exercice de fond pour redéfinir l'identité du groupe et sa stratégie pour les cinq prochaines années, la société entend "poursuivre sa politique d'investissements pour asseoir sa croissance et sa profitabilité à long terme".

"Outre le marché encore chahuté, l'augmentation du coût des matières premières, la forte concurrence marquée par une activité promotionnelle accrue, la guerre des prix dans le secteur de la grande distribution, ainsi que les investissements commerciaux renforcés, pèseront inévitablement sur les résultats de l'année 2011", prévient d'ores et déjà l'entreprise.

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires