Sortie du nucléaire: "L'électricité deviendra très chère"

30/01/17 à 14:43 - Mise à jour à 17:42

Source: Belga

Une sortie du nucléaire au profit d'une production d'énergie renouvelable fera doubler le coût de l'électricité d'ici 2030, selon une enquête de EnergyVille réalisée à la demande de Febeliec, la fédération des consommateurs industriels d'électricité.

Sortie du nucléaire: "L'électricité deviendra très chère"

Sans l'augmentation de la TVA sur l'électricité et des accises sur le tabac et l'alcool, l'inflation serait plus basse de 1%. © Getty Images/iStockphoto

"L'électricité deviendra très chère", clame Febeliec. Le maintien des deux centrales nucléaires plus longtemps que prévu pourrait un peu adoucir ce coût.

La transition énergétique aura un surcoût annuel de 4,38 milliards d'euros ou 50 euros de frais supplémentaire par MWh d'ici 2030. Au prix actuel de 40 à 50 euros le MWh, le prix doublera.

Si les centrales nucléaires sont maintenues jusqu'en 2030, le surcoût sera de 700 millions d'euros. Ces coûts supplémentaires s'expliquent par de nouveaux investissements nécessaires dans l'éolien et le solaire, plus d'importation d'électricité et de gaz naturel.

Raisons idéologiques

La Febeliec demande donc au gouvernement de ne pas exclure le nucléaire comme source d'électricité pour des raisons idéologiques. "Regardez les chiffres", demande la Febeliec.

Par la voix de son responsable, Peter Claes, la Febeliec demande, dans ce contexte, au gouvernement de décider "sur base de faits et de chiffres" et non sur base de "raisons idéologiques".

La Febeliec a également réitéré lundi son plaidoyer pour l'adoption d'une norme énergétique, un peu sur le modèle de la norme salariale, censée éviter que la facture énergétique des entreprises belges ne soit supérieure à celle des entreprises actives dans les pays voisins. Une telle norme énergétique figure dans l'accord de gouvernement au fédéral.

De son côté, le ministre flamand de l'Energie, Bart Tommelein, demande d'arrêter de faire peur aux gens et rappelle la nécessité de réaliser la transition vers les énergies renouvelables. "Je crois que peu de gens doutent encore aujourd'hui qu'une transition vers le renouvelable soit nécessaire", estime le ministre flamand. Une mutation qui, certes, coûte de l'argent mais "nous avons de vieilles centrales nucléaires qui doivent fermer. Par quoi allons-nous les remplacer? Construire une nouvelle centrale nucléaire coûte aussi de l'argent. Rien n'indique que cela serait meilleur marché que les énergies renouvelables", conclut le ministre pour qui "l'ont doit arrêter de faire peur avec une hausse du prix de l'électricité".

En savoir plus sur:

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires