Solaire : Photovoltech pourrait fermer ses portes : 267 emplois menacés

18/06/12 à 11:08 - Mise à jour à 11:08

Source: Trends-Tendances

"En grande difficulté économique", Photovoltech a annoncé lundi son intention "de potentiellement procéder à un licenciement collectif et à une fermeture d'entreprise". Etablie à Tirlemont, la société spécialisée dans la production de cellules pour panneaux solaires, emploie 267 personnes, dont 183 ouvriers.

Solaire : Photovoltech pourrait fermer ses portes : 267 emplois menacés

© photovoltech.fr

"Le marché des cellules pour panneaux solaires est actuellement confronté à une surcapacité de production massive, à une guerre des prix ainsi qu'à une forte concurrence, en particulier de plusieurs producteurs asiatiques de cellules low-cost", a justifié l'entreprise, spin-off de l'IMEC (centre de recherche interuniversitaire en micro-électronique) détenue à égalité par GDF Suez et Total.

Selon Photovoltech, la capacité de production mondiale a atteint en 2011 environ 50 Gigawatts alors que la demande s'élevait à 29 GW et "les perspectives pour 2012 et 2013 ne devraient pas permettre d'absorber cette surcapacité".

Par ailleurs, "le marché a connu une baisse drastique des prix des cellules de 40 à 60 pc depuis début 2011, qui n'a pu être compensée par une baisse des coûts équivalente".

Dans ce contexte, et alors que la perte annoncée pour l'exercice écoulé atteint 120 millions d'euros, Photovoltech "a recherché d'éventuels nouveaux partenaires ou repreneurs permettant d'assurer la pérennité de l'entreprise mais malheureusement sans succès". Elle a dès lors fait part, ce lundi, de son intention de potentiellement procéder à un licenciement collectif et à une fermeture de son usine de Tirlemont.

"Si à l'issue de la phase d'information et de consultation au sein du conseil d'entreprise, l'intention de licenciement collectif et de fermeture d'entreprise devait être maintenue, la direction et les actionnaires de Photovoltech s'engagent à soutenir pleinement tous les employés dans la recherche d'un nouvel emploi", a assuré l'entreprise en évoquant notamment de "possibles reclassements au sein des deux groupes actionnaires".

Avec Belga

Nos partenaires