Scandale VW: une solution pour "90%" des véhicules en Europe, Porsche éclaboussé

24/11/15 à 12:22 - Mise à jour à 12:21

Source: Belga

Le géant allemand de l'automobile Volkswagen, plongé dans un scandale de logiciels truqueurs et d'émissions de CO2 falsifiées, a trouvé des solutions techniques pour "plus de 90% des véhicules" concernés en Europe, a annoncé lundi son PDG Matthias Müller.

Scandale VW: une solution pour "90%" des véhicules en Europe, Porsche éclaboussé

© Reuters

"Pour plus de 90% des véhicules du groupe en Europe, les solutions sont maintenant confirmées. Le coût du rappel est supportable techniquement, financièrement et en termes de main-d'oeuvre. C'est une bonne nouvelle", a déclaré M. Müller devant un millier de cadres du groupe réunis au siège de Wolfsburg, sans fournir de précisions chiffrées.

Le colosse aux douze marques (des citadines Seat et Skoda aux berlines Audi et sportives Porsche, en passant par les camions MAN et Scania), doit rappeler 8,5 millions de véhicules aux moteurs truqués à partir de janvier, une opération gigantesque.

M. Müller a promis que son groupe soumettrait "avant la fin du mois" aux autorités allemandes les solutions retenues pour l'ensemble des véhicules concernés, qui vont d'une simple mise à jour de logiciel sur les moteurs diesel 2 litres, déjà validée, à des manipulations complexes sur les moteurs 1,6 litre.

Volkswagen a par ailleurs déclaré jeudi auprès des autorités américaines que le trucage concernait aussi "tous les moteurs diesel de 3 litres équipant les voitures modèles de 2009 à 2016", soit 75.000 véhicules VW, Audi et Porsche supplémentaires.

Evoquant l'enquête interne en cours, M. Müller a prévenu qu'elle était "très complexe" et prendrait encore "plusieurs mois", mais a annoncé un "rapport d'étape" mi-décembre.

"Notre ressource la plus importante, ce ne sont pas les chiffres de ventes ou le résultat opérationnel. Notre ressource principale, c'est la crédibilité et la confiance dans nos marques", a insisté le patron de Volkswagen, qui a déjà provisionné 6,7 milliards d'euros pour faire face aux conséquences du scandale.

Audi va dépenser 50 millions pour réparer les moteurs truqués

Audi a pour sa part annoncé que la mise aux normes américaines de ses modèles équipés de moteurs diesel de trois litres de cylindrée mis en cause dans l'affaire des contrôles de pollution allait lui coûter près de 50 millions d'euros.

Le groupe automobile, une des marques haut de gamme de Volkswagen, indique qu'il va réviser un logiciel de contrôle des émissions de dioxyde de carbone (CO2), installé dans des moteurs V6 diesel de trois litres épinglés début novembre par l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA). Cette dépense est estimée aux alentours de 50 millions d'euros, écrit le groupe automobile dans un communiqué.

Cette annonce intervient moins de quatre jours seulement après qu'Audi a reconnu, lors de négociations avec les autorités américaines, que tous ses modèles diesel de trois litres depuis 2009 étaient équipés d'un logiciel baptisé AECD (Auxiliary Emission Control device).

Le groupe et les régulateurs divergent sur la fonction de ce logiciel: pour l'EPA, cet "AECD" a permis à Audi de tricher sur les normes anti-pollution américaines. Audi estime, lui, que le logiciel n'était pas destiné à frauder mais à aider à la mise en température du système de retraitement des gaz d'échappement afin de réduire les émissions de CO2.

Audi admet toutefois n'avoir pas déclaré le logiciel aux régulateurs comme l'exige la législation américaine. Les modèles affectés sont les A6, A7, A8, Q5 et Q7. Environ 85.000 véhicules (Audi, Volkswagen et Porsche) sont concernés aux Etats-Unis.

13.000 Porsche Cayenne équipées du logiciel truqué

Enfin, le scandale des moteurs truqués de Volkswagen s'étend désormais au sein de la marque de luxe Porsche, 13.000 Porsche Cayenne étant concernées, a indiqué mardi un porte-parole de l'entreprise. Jusqu'à présent, on évoquait le chiffre de 3.000 Porsche touchées.

Les voitures impliquées seraient des versions diesels produites depuis 2013.

En savoir plus sur:

Nos partenaires