Salaires : l'indexation à nouveau menacée

28/01/12 à 09:50 - Mise à jour à 09:50

Source: Trends-Tendances

Le FMI dénonce l'indexation automatique des salaires, qui poserait de sérieux problèmes, surtout en période de budget de l'Etat sous pression. Le même jour, la FEB insiste sur les "effets pervers" du système.

Salaires : l'indexation à nouveau menacée

© Thinkstock

Le FMI suggère de "reconsidérer" l'indexation automatique des salaires

Le Fonds monétaire international a de nouveau critiqué, vendredi, le système d'indexation automatique des salaires en vigueur en Belgique, estimant qu'il "pose un certain nombre de problèmes", notamment une perte de compétitivité pour l'économie belge.

Dans son rapport rédigé au terme d'une mission d'une délégation de ses experts en Belgique, le FMI constate que l'inflation est plus élevée en Belgique que dans les autres pays européens. Et cette forte inflation, qui se traduit par une indexation des salaires, entraînera de nouvelles dépenses pour le budget de l'Etat, déjà fortement sous pression, sans compter les problèmes posés pour la compétitivité de la Belgique par rapport à ses voisins, souligne le Fonds.

Vers une politique d'évolution salariale "sur mesure", secteur par secteur ?

A la place d'une indexation automatique, les experts du FMI suggèrent une politique d'évolution salariale "sur mesure" qui serait établie secteur par secteur.

A la question de savoir si le FMI préconise la suppression du système d'indexation automatique des salaires, Erik De Vrijer, chef de la mission d'experts du FMI, a plutôt suggéré qu'il soit "reconsidéré" : "La Belgique est membre de la zone euro, donc elle n'a pas la possibilité de dévaluer sa monnaie. La pression se fait dès lors sur le marché du travail. Il serait préférable d'avoir un système plus flexible et plus décentralisé."

Erik De Vrijer reconnaît cependant que l'indexation automatique à la belge est "très symbolique".

Indexation automatique : la FEB dénonce ses "effets pervers"

Le FMI n'est pas seul à s'être attaqué, vendredi, à notre indexation automatique des salaires. Au vu des chiffres belges de l'inflation notamment, la Fédération des entreprises de Belgique a dénoncé les "mesures budgétaires prises par le gouvernement fédéral en décembre dernier, et notamment l'introduction de la TVA pour les frais de notaire et à l'augmentation de celle-ci sur la télévision payante".

L'inflation a progressé de 0,73 % pour atteindre 3,65 % en janvier, avec, à la clé, un dépassement de l'indice-pivot. Or, sans les mesures gouvernementales, "l'inflation aurait augmenté de 0,57 %", a chiffré la fédération patronale, qui dénonce au passage "les effets pervers de notre système d'indexation automatique , à savoir que le gouvernement prend des mesures budgétaires qui accélèrent l'inflation, ce qui renforce encore notre handicap en matière de coûts salariaux."

V.D., avec Belga

Nos partenaires