Saab : ses 2 nouvelles raisons de broyer du noir

30/03/11 à 13:22 - Mise à jour à 13:22

Source: Trends-Tendances

Saab a dû interrompre sa production à cause de litiges avec des fournisseurs sur les impayés. De quoi faire plonger en Bourse sa maison mère, Spyker. La semaine dernière déjà, le groupe avait dévoilé deux très mauvaises nouvelles.

Saab : ses 2 nouvelles raisons de broyer du noir

© Epa

Saab a annoncé mercredi avoir dû brièvement interrompre sa production la veille en raison de litiges avec des fournisseurs sur les impayés, un nouveau signe de difficultés de la marque sauvée de justesse l'an dernier.

Le néerlandais Spyker, propriétaire de la marque suédoise, a précisé que la production avait repris mercredi matin dans l'unique usine Saab à Trollhättan et assuré que sa filiale a "les moyens de faire face à ses besoins immédiats de trésorerie".

Cette annonce a cependant inquiété la Bourse d'Amsterdam, où l'action Spyker chutait de près de 9,4 %, à 3,86 euros.

CEO de Saab sur le départ, lourdes pertes pour Spyker

"Certains fournisseurs ont suspendu leurs livraisons à Saab Automobile en raison de discussions en cours sur les conditions de paiement et de livraison, indique Spyker dans un communiqué. Saab prévoit de résoudre ces problèmes à court terme, pour également éviter toute nouvelle rupture d'approvisionnement."

Saab "a les moyens nécessaires pour faire face à ses besoins immédiats de trésorerie via ses sources existantes et disponibles", assure le groupe néerlandais, qui précise néanmoins que la marque suédoise "continue de travailler sur des solutions à long terme pour renforcer sa position financière et améliorer son capital".

Ce problème d'impayé intervient après l'annonce, la semaine dernière, du départ prochain du CEO suédois de Saab, Jan-Aake Jonsson, et de lourdes pertes (218 millions d'euros) pour Spyker en 2010.

Avec un pied déjà dans la tombe et la production interrompue, Saab avait été sauvé à la dernière minute début 2010, lorsque Spyker l'avait racheté à l'américain General Motors pour 400 millions de dollars. La production avait repris en mars 2010.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires