Saab : l'investisseur chinois a-t-il maquillé son bilan ?

06/05/11 à 11:42 - Mise à jour à 11:42

Source: Trends-Tendances

L'ambassade de Suède en Chine émet de sérieux doutes quant aux résultats affichés par le constructeur Hawtai, censé injecter 150 millions d'euros dans Spyker, maison mère de Saab. Il aurait notamment gonflé ses chiffres industriels.

Saab : l'investisseur chinois a-t-il maquillé son bilan ?

Hawtai, nouveau partenaire du constructeur automobile suédois Saab, s'est défendu vendredi après que l'ambassade de Suède en Chine a émis des doutes sur sa solidité et sa capacité à sortir Saab du marasme. Hawtai doit pourtant acquérir jusqu'à 29,9 % des parts de Spyker, apportant une bouffée d'air pour Saab qui manque cruellement de trésorerie.

Dans un accord dévoilé mardi, Hawtai a indiqué vouloir investir 150 millions d'euros auprès du propriétaire néerlandais de Saab, Spyker, dans le cadre d'un partenariat stratégique. Or, dans un rapport transmis à Stockholm et que le quotidien Svenska Dagbladet s'est procuré, Lars Freden, ambassadeur de Suède à Pékin, estime que "les chiffres officiels de Hawtai peuvent être exagérés".

"Nous n'avons reçu aucune plainte par les canaux officiels", a déclaré à l'AFP Gao Hongjun, chargé des relations publiques du groupe chinois. Il est "impossible", a-t-il fait valoir, de gonfler des chiffres industriels qui sont rendus publics par les constructeurs automobiles.

Hawtai a annoncé avoir produit 81.000 véhicules l'an dernier et affirme pouvoir en produire 200.000 par an. Mais selon le SvD, qui cite ses propres sources, le groupe n'aurait produit que 60.000 véhicules en 2010.

Le rapport de l'ambassade de Suède souligne également que, si le groupe Hawtai existe depuis 10 ans, il ne produit de voitures sous sa propre marque que depuis environ un an. Gao Hongjun a pourtant assuré que son entreprise produisait depuis 2004 des voitures de sport sous sa marque.

Le rapport suédois ajoute que "le directeur exécutif de Hawtai a changé six fois au cours de ces huit dernières années". Selon le porte-parole du constructeur chinois, les hauts responsables du groupe n'ont pas quitté la compagnie mais ont simplement été affectés à la tête de nouvelles filiales.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires