Ryanair compatible avec le marché "business"?

05/02/14 à 13:09 - Mise à jour à 13:09

Source: Trends-Tendances

Pour son arrivée à Zaventem le 27 février, la compagnie irlandaise vise en priorité la clientèle d'affaires. Les destinations annoncées sont pourtant encore très peu "business" et l'offre de tickets doit encore être adaptée.

Ryanair compatible avec le marché "business"?

© Belga

Jusqu'ici, Ryanair touchait les voyageurs d'affaires presque par accident, ceux qui étaient séduits par le prix et prêts à subir un service rigide. "Ils pèsent environ 20 % de la clientèle totale de Ryanair en moyenne, un peu moins à Charleroi", indique Jonathan Brisy, manager sales & marketing de Ryanair pour la Belgique, la France et le Maroc. Pour relancer une croissance qui s'affaiblit, la compagnie irlandaise entend augmenter cette proportion, notamment en ouvrant des lignes depuis Zaventem. Elle vient d'ailleurs de créer un "Group&Corporate Travel Service". Cet objectif suppose deux choses : un vrai choix de destinations d'affaires et un service plus adapté à la clientèle visée. Il y a encore du travail. Pas (encore) assez de destinations Les 10 destinations annoncées pour Zaventem sont pourtant plutôt orientées loisirs. Seules Rome, Barcelone et Lisbonne peuvent attirer un public professionnel substantiel. Pour Ibiza, Porto, Alicante, Valence, Malaga, Palma ou Venise, c'est moins sûr.

Ryanair avance que le programme évoluera avec la saison d'été. "Nous réfléchissons à d'autres destinations orientées business, comme Londres, Madrid ou Dublin", continue Jonathan Brisy. Il y a aussi un souci potentiel côté fréquences.

"Un voyageur d'affaires doit avoir un choix de vols tout au long de la journée. Or, deux vols sur Rome c'est trop peu, Brussels Airlines en propose cinq, avance Jean-Philippe Cuvelier, président de l'Union professionnelle des Agences de Voyages (UPAV). Sur une grande destination, trois vols, c'est le minimum."

De son côté, Ryanair promet que son offre s'améliorera fortement à Zaventem (et à Charleroi) avec l'arrivée, dès septembre, de nouveaux avions (175 Boeing 737, dont 30 livrés fin 2014).

Un ticket flexible à l'étude Pour le service, Ryanair devra faire de nombreux efforts pour corriger son approche fort restrictive (elle devra notamment autoriser le deuxième bagage à main et réduire les frais d'excédent de bagages). La compagnie concocte un tarif business, un peu plus cher, qui inclura des places assignées, un bagage de soute et la flexiblité (changement d'horaire et de jour sans frais). "Nous l'annoncerons en mars ou en avril", précise Jonathan Brisy. D'autres changements sont envisagés mais pas décidés, comme la distribution via des centrales de réservation utilisées par les agences, intermédiaires de nombreuses entreprises et administrations. Jusqu'ici Ryanair évitait soigneusement ces services.

ROBERT VAN APELDOORN

En savoir plus sur:

Nos partenaires