Retour aux bénéfices pour Caméléon

18/09/15 à 16:33 - Mise à jour à 16:35

Source: Trends-Tendances

Après une année de restructuration, Famous Clothes, société active dans la vente privée, avec les magasins Caméléon, revient à la rentabilité. Elle annonce un bénéfice net de 500.000 euros pour les six premiers mois.

Retour aux bénéfices pour Caméléon

© cameleon.be

Mission accomplie pour Pascal Leurquin, le manager de crise de Famous Clothes, entreprise spécialisée dans le déstockage d'articles de mode. Il était arrivé l'été 2014 pour gérer une réorganisation judiciaire de l'entreprise, qui avait perdu un peu trop d'argent dans ses activités de commerce électronique. Il avait réduit les frais généraux et stoppé les activités d'e-commerce pour concentrer les activités dans les magasins (Woluwe Saint-Lambert et Genval).

"Cette reconversion s'est bien passée" indique Pascal Leurquin, qui estime que son travail arrive quasiment à son terme. "Le challenge à présent est la croissance." Un manager permanent sera bientôt annoncé.

Plus d'un million d'euros de bénéfice prévu en 2015

L'entreprise a dégagé un bénéfice net de 500.000 euros pour les six premiers mois, bénéfice qui devrait augmenter pour les six suivants. A comparer avec des pertes de 6,8 millions d'euros en 2013 et 10,9 millions en 2014, l'année de la restructuration.

Famous Clothes avait développé, à côté de ses magasins, des services de ventes en ligne : Famous Box, Snapstore pour la vente flash, et, aux Pays-Bas, ShopVIP. Pascal Leurquin a mis fin à ces activités, en les fermant ou, pour Snapstore, en la cédant à Vente-Exclusive.com, le principal concurrent en ligne.

Le périmètre de Famous Clothes s'est réduit. Les ventes devraient reculer de 43 millions d'euros en 2014 à 28 millions d'euros prévus en 2015. Les effectifs sont passés de plus de 200 personnes à 120 actuellement. Pour que l'entreprise soit viable, Pascal Leurquin a réduit les dépenses annuelles de 6 millions d'euros.

La concurrence du net

Famous Clothes affronte la concurrence grandissante du monde qu'il a abandonné, la vente sur le net. Le champion belge de ce marché, Vente-Exclusive.com, a été partiellement racheté par le leader européen, le français Vente-Privee.com, qui va augmenter la pression dans le secteur.

"Le déstockage, en magasins physiques, a toujours un avenir" assure Augustin Wigny, executive director de Famous Clothes. "Certaines marques préfèrent ce canal, d'autres n'ont pas les quantités nécessaires pour le net."

Les projets à court terme n'incluent pas l'ouverture de nouveaux magasins, plutôt la dynamisation des ventes dans les deux points de vente existants. Par exemple avec une formule, à l'étude, de petit-déjeuner gratuit pour attirer les familles les week-ends.

Famous Clothes est un cas intéressant car les réorganisations judiciaires ne marchent pas toujours. "La première raison est qu'elles interviennent souvent trop tard" dit Pascal Leurquin, qui a déjà refusé des dossiers où la situation était trop détériorée pour espérer un redressement. "Dans le cas de Famous Clothes, le conseil d'administration s'y est pris à temps."

Nos partenaires