Remise sur le marché de lait en poudre: "Beaucoup trop tôt et trop dangereux"

24/11/16 à 18:03 - Mise à jour à 18:05

Source: Belga

(Belga) La décision de remettre sur le marché "une quantité limitée" de poudre de lait stockée à la suite de la crise laitière est prématurée et dangereuse, a réagi jeudi le ministre fédéral de l'Agriculture, Willy Borsus.

Alors que le marché européen du lait montre des signes d'amélioration depuis trois mois, avec une hausse de 10% du prix moyen payé aux producteurs, la Commission européenne a annoncé le lancement, vendredi, d'une procédure en adjudication d'une "quantité limitée" de lait écrémé en poudre actuellement stockée dans le cadre du système d'intervention publique. "Afin de tester la réaction du marché", la quantité concernée par cette procédure en adjudication sera limitée à 22.150 tonnes, soit 6% des quelque 355.000 tonnes de poudre de lait -dont 67.059 tonnes pour la Belgique- retirées du marché et stockées depuis septembre 2014. "C'est beaucoup trop tôt et trop dangereux. La remontée des prix est encore trop timide et trop fragile", juge toutefois M. Borsus, pour qui les efforts de la Commission européenne "doivent se concentrer sur le fait d'assurer une remontée des prix qui dure dans le temps, notamment jusqu'au printemps, lorsque la production de lait augmente." "Nos producteurs ont besoin de reconstituer leur trésorerie et de se rétablir après les difficultés auxquelles ils sont confrontés depuis deux ans", ajoute le ministre belge, qui déplore que la décision de remettre de la poudre de lait sur le marché "n'ait pas été évoquée au Conseil Agriculture du 15 novembre dernier." Le prix moyen du lait dans l'Union européenne s'est redressé de 10% ces trois derniers mois mais il restait toujours en octobre sous la barre des 30 centimes le litre, selon des chiffres de la Commission. En Belgique, le prix atteignait en moyenne un peu plus de 31 centimes en octobre alors qu'il était encore à un niveau plancher de 22 centimes le litre en juillet. De nombreux producteurs laitiers européens et belges dénoncent des prix qui ne permettent pas de couvrir leurs coûts de production. Ils évoquent également des trésoreries exsangues après plusieurs années de prix déprimés par une offre surabondante et une demande en berne. La Commission assure que la vente de poudre de lait prévue dans les prochains jours ne se fera pas à tout prix et que l'équilibre du marché reste "la priorité absolue". (Belga)

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires