Réduction des coûts en vue chez Brussels Airlines

21/11/11 à 22:17 - Mise à jour à 22:17

Source: Trends-Tendances

La compagnie aérienne Brussels Airlines a présenté ce lundi, lors d'une conférence de presse, son plan "Beyond 2012-2013" qui prévoit des mesures visant à réduire les coûts tout en augmentant l'offre long-courrier.

Réduction des coûts en vue chez Brussels Airlines

© BELGA

"Le risque de statu quo n'est pas tolérable et il faut tirer les leçons du changement structurel", a souligné le président de Brussels Airlines, Etienne Davignon. Ce dernier s'est vu revenir "10 ans en arrière", à l'époque de la faillite de la Sabena. Le président a toutefois précisé qu'il ne s'agissait pas d'une conférence de presse de "crise" mais "de clarification des objectifs" pour un retour à la rentabilité.

Brussels Airlines a annoncé une perte de 80 millions d'euros pour 2011. La compagnie attribue cette perte à des facteurs externes comme le prix élevé du carburant (qui a triplé en trois ans), l'instabilité politique dans certaines de ses destinations d'Afrique de l'Ouest (la crise politique en Côte d'ivoire a notamment poussé la compagnie à réduire temporairement sa fréquence vers Abidjan de 6 à 2), la concurrence accrue et les investissements de 25 millions d'euros en 2011 (remplacement de 6 avions, un long-courrier supplémentaire, in-sourcing de l'entretien de l'A330 de Sabena Technics...).

Des chiffres positifs

Malgré cette perte de 80 millions, Brussels Airlines a enregistré des chiffres positifs: hausse de 20 pc du nombre de passagers sur les neuf premiers mois de l'année, augmentation de 5 pc du taux d'occupation, croissance de 2,3 pc de sa part de marché à Brussels Airport et forte progression du transfert de passagers grâce à l'Afrique et aux connexions européennes. En Afrique, Brussels Airlines enregistre une hausse de 14 pc de passagers en 2011, comparé à 2010 et une forte croissance du transport marchandises (+26 pc). Un an après le lancement du 5e A330-300 et l'ouverture de nouvelles destinations en Afrique de l'Ouest, l'entreprise considère que sa balance est positive, en ligne avec le business plan, dans ce segment.

Une réduction des coûts s'impose

Le schéma légal va peser sur la compagnie en 2012: l'indexation automatique des salaires en Belgique va engendrer un coût record de 10 millions d'euros; une nouvelle taxe sur les émissions de CO2, 20 millions, la menace d'une taxe sur l'aviation en Belgique est estimée à 10 millions et Brussels Airlines dénonce le manque de politique nationale aéronautique.

Vu l'environnement concurrentiel et les prévisions économiques (les prix du carburant vont continuer à grimper, ce qui constituera un coût additionnel de 20 millions d'euros en 2012), Brussels Airlines estime qu'elle doit s'adapter, notamment en réduisant ses coûts, en adaptant sa capacité en fonction des saisons et en changeant sa manière de travailler, à travers le plan "Beyond 2012-2013".

Brussels Airlines souhaite adopter la même méthode que depuis sa création: "un effort global au sein de la compagnie avec tous les éléments passés en revue (pilotes, entretien, etc) et continuer à le faire dans des discussions sociales qui ont déjà débuté lundi", a commenté Etienne Davignon.

Retour à la rentabilité prévu pour 2014

L'objectif du plan est la pérennité de l'entreprise et le positionnement de la compagnie pour contribuer au système de hub de Star Alliance. Cela se fera par un rétablissement de la base rentable en Europe, une collaboration optimale avec Lufthansa en respectant la gouvernance et la réduction des déficits entre le long-courrier et l'Europe, en continuant à développer le réseau long-courrier.

Le plan vise un meilleur équilibre entre l'offre de vols européens et le réseau long-courrier. Un long-courrier sera lancé vers New York en 2012 et l'offre africaine sera renforcée.

Le plan permettra d'améliorer le résultat entre 40 et 60 millions d'euros et s'étalera sur une période de 12 à 18 mois. Le retour à la rentabilité est prévu pour 2014.

Les syndicats avancent un surplus de 50 à 60 emplois mais Brussels Airlines parle davantage de flexibilité et veut éviter les licenciements secs.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires