Rachat de Darty: Conforama jette l'éponge face à la Fnac

27/04/16 à 12:31 - Mise à jour à 15:03

Source: Belga

Après des mois de surenchères, le groupe culturel Fnac sort victorieux de la bataille pour l'acquisition de l'enseigne d'électroménager Darty, le distributeur d'ameublement Conforama ayant finalement jeté l'éponge mercredi.

Rachat de Darty: Conforama jette l'éponge face à la Fnac

© IMAGEGLOBE

Conforama, filiale française du groupe sud-africain Steinhoff international, a annoncé avoir renoncé à une ultime surenchère sur la Fnac, qui propose 1,16 milliard d'euros pour racheter Darty, filiale du groupe anglais Darty plc.

Mardi soir, la Fnac avait annoncé avoir reçu le soutien de la majorité des actionnaires de Darty, suite à sa dernière proposition de rachat formulée lundi.

Ce dernier rebondissement met fin à des semaines d'une bataille homérique à coup de surenchères à répétition entre Conforama et la Fnac, qui cherchaient tous deux à s'emparer de Darty afin d'acquérir des avantages concurrentiels décisifs face notamment aux géants du net comme Amazon ou CDiscount, dans un marché de l'électrodomestique très disputé et en phase de reprise.

L'enseigne suscite les convoitises depuis qu'il a réussi à redevenir bénéficiaire il y a un an. La marque Darty, ancrée dans le quotidien des Français depuis 1957, est aussi particulièrement reconnue pour la qualité de son service-client.

L'affrontement, débuté en septembre avec une première proposition de la Fnac contrée en mars par une première offre concurrente de Conforama, s'était subitement accéléré le 21 avril. En moins de 24 heures, les deux rivaux avaient multiplié les surenchères, faisant flamber la valorisation de Darty à plus d'un milliard d'euros.

Lundi, la Fnac avait remonté une dernière fois sa proposition offrant aux actionnaires 170 pence par action Darty, qui n'en valait que 80 à l'été dernier.

Avec cette acquisition, la Fnac va ainsi pouvoir renforcer sa stratégie de diversification, notamment dans les objets connectés et le petit électroménager, pour contrer le déclin de son marché historique, les produits culturels.

Le groupe fait miroiter que l'alliance avec Darty dégagerait 130 millions d'euros d'économies, notamment via des offres commerciales croisées, mais également via "l'optimisation de la logistique et de l'informatique" et des fonctions administratives.

Cet élément suscite l'inquiétude des syndicats, qui craignent des suppressions d'emplois.

La FNAC doit encore officiellement déposer son offre d'achat améliorée auprès des autorités boursières anglaises et obtenir le feu vert de l'Autorité de la concurrence française.

Cette dernière pourraient notamment demander à la Fnac et à Darty de céder certains magasins, les deux groupes étant souvent en concurrence frontale dans les grandes métropoles.

En savoir plus sur:

Nos partenaires