Qui recrute en Belgique... et dans quelle région

12/12/11 à 15:57 - Mise à jour à 15:57

Source: Trends-Tendances

Si la crise de la dette incite les employeurs belges à la prudence dans leurs décisions de recrutement à l'aube de 2012, certains secteurs - construction en tête - et deux Régions - Bruxelles et la Wallonie - sortent nettement du lot.

Qui recrute en Belgique... et dans quelle région

© Thinkstock

L'activité de recrutement devrait rester positive en Belgique au cours du 1er trimestre 2012, selon la dernière édition du Baromètre Manpower. Sur les 750 employeurs belges interrogés fin octobre par le prestataire de services en ressources humaines, 6 % prévoient de créer de nouveaux emplois d'ici la fin de mars 2012, contre 3 % qui pensent en supprimer, tandis que 88 % d'entre eux n'envisagent aucun changement dans leur masse salariale au cours du 1er trimestre 2012.

La "prévision nette d'emploi" - c'est-à-dire la différence entre le pourcentage d'employeurs prévoyant une augmentation de leurs effectifs et le pourcentage de ceux prévoyant une diminution - atteint la valeur prudente de + 3, peut-on lire dans un communiqué. Après correction des variations saisonnières, l'indice Manpower s'élève à + 5, soit 1 point de plus que lors du trimestre précédent et un statu quo par rapport au 1er trimestre de 2011.

"Le contexte économique incertain causé par la crise de la dette en Europe incite les employeurs à la prudence dans leurs décisions de recrutement à l'aube de 2012, affirme Philippe Lacroix, managing director de Manpower BeLux. Ce n'est pas une surprise de constater que le rythme des embauches devrait ralentir au cours du 1er trimestre 2012 dans 30 des 41 pays et territoires sondés dans le monde, comme le montrent les chiffres de notre Baromètre Manpower."

Les employeurs belges font encore preuve de confiance et leurs prévisions restent dans la ligne du trimestre précédent, avance encore le managing director : "Ils retiennent cependant leur souffle. En effet, personne ne peut prévoir à ce jour l'impact réel des récentes mesures prises dans le cadre du budget élaboré par le nouveau gouvernement. En plus, les employeurs se trouvent face à d'immenses défis sur le marché du travail : les pénuries structurelles de main-d'oeuvre qualifiée, les évolutions démographiques ou la recherche de solutions RH stratégiques pour faire plus avec moins."

Perspectives d'emploi plus modestes en Flandre

L'indice Manpower reste positif dans les trois régions du pays. Comme lors du trimestre précédent, les employeurs flamands (+ 3) se montrent plus prudents que leurs homologues wallons (+ 6) et bruxellois (+ 8).

D'un trimestre sur l'autre, les intentions de recrutement progressent légèrement à Bruxelles (hausse de 2 points) et restent stables dans les deux autres régions. D'une année sur l'autre, les prévisions s'améliorent en Wallonie et à Bruxelles (hausse de 3 et 2 points respectivement), alors qu'elles se dégradent en Flandre (baisse de 4 points).

Optimisme dans la construction, le transport et la logistique

Les employeurs de neuf des dix secteurs d'activité sondés en Belgique rapportent des intentions de recrutement positives pour le 1er trimestre de 2012. Selon les résultats de l'enquête, deux secteurs se montrent réellement optimistes : la construction (+ 18), où près d'un employeur sur cinq prévoit des nouveaux engagements d'ici la fin du mois de mars, et le transport/logistique (+ 14), où 13 % des employeurs sondés anticipent des créations d'emplois.

Ailleurs, l'indice Manpower affiche des scores nettement plus faibles, ce qui indique que la majorité des employeurs comptent recruter avec parcimonie.

En comparaison avec le trimestre précédent, la prévision nette d'emploi recule ou reste stable dans six secteurs, et en comparaison avec le 1er trimestre 2011, elle recule ou reste stable dans sept secteurs.

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires