Que reste-t-il de HP ?

07/10/14 à 17:10 - Mise à jour à 17:19

Source: Trends-Tendances

Le géant de l'informatique se scinde en deux parties. La division PC, moins rentable, fait figure de mouton noir dont HP pourrait bientôt se séparer définitivement.

Que reste-t-il de HP ?

© Reuters

C'est déjà la deuxième fois que HP tente le coup. En 2011, alors que Léo Apotheker était à la tête de l'entreprise, le géant américain annonçait une scission de ses activités. Mais l'opération avait finalement capoté, et le patron licencié.

La CEO Meg Whitman remet aujourd'hui le couvert, arguant que son prédécesseur avait sans doute eu raison trop tôt. Le géant de l'informatique met en place cette scission afin de séparer des activités connexes mais malgré tout très différentes et, surtout, générant des niveaux de rentabilité assez divers. La manoeuvre s'accompagne d'une douloureuse restructuration, qui touchera à terme 55.000 employés, soit 10.000 de plus qu'annoncé voici quelques mois. Depuis quelques années, HP multiplie les communiqués faisant état de nouvelles pertes d'emploi.

HP sera donc scindé en deux. La première entreprise, baptisée HP Inc., regroupe la division PC et la division imprimantes. Ensemble, elles génèrent plus de 55 milliards de dollars de chiffre d'affaires, soit environ la moitié des revenus globaux de l'entreprise. La deuxième entreprise, baptisée Hewlett-Packard Entreprise, regroupe l'ensemble des divisions B2B du groupe : serveurs, logiciels, services IT...

Meg Whitman devient CEO de Hewlett-Packard Entreprise, et se contente de la présidence du conseil d'administration de HP Inc. La patronne prend en fait les manettes de la division la plus prometteuse de HP, même si elle est la moins visible pour le grand public. Ce sont en effet toutes les applications et services business développés par HP qui devraient assurer demain la plus grande partie de la rentabilité d'un groupe devenu un véritable mastodonte, qui pèse 112 milliards de dollars de chiffre d'affaires et emploie plus de 300.000 personnes à travers le monde.

Hewlett-Packard Entreprise : l'avenir de HP

La division business comprend plusieurs entités, dont les plus importantes sont les services, les serveurs et les logiciels.

La division serveurs affiche 28 milliards de revenus, pour 4 milliards de profits (chiffres 2013), ce qui représente une marge de 15 %.

La division responsable des services aux entreprises génère 23 milliards de chiffre d'affaires, mais la rentabilité n'est pas exceptionnelle.

La division logiciels est la plus rentable, même si elle génère pour l'instant moins de revenus.

Voilà pour Hewlett-Packard Entreprise, qui représente en quelque sorte le futur de HP, qui s'oriente donc clairement vers le B2B. Les perspectives offertes par le cloud et les besoins croissants des entreprises en capacité de stockage laissent présager des possibilités de croissance. Le créneau du logiciel d'entreprise devrait aussi pouvoir être développé, d'autant que les marges y sont assez généreuses.

HP Inc : le passé de HP

Pour ce qui concerne les activités qui seront regroupées dans HP Inc, les choses sont plus compliquées. HP y opère dans des marchés matures, voire en perte de vitesse.

Le marché des imprimantes reste un créneau générant des revenus importants. C'est un business relativement stable. HP entrevoit des opportunités intéressantes dans le créneau des imprimantes 3D, mais elles restent à confirmer, d'autant que d'autres entreprises ont déjà investi le secteur. La rentabilité reste cependant assez intéressante.

Le marché des PC est certainement le plus problématique. Longtemps leader mondial, HP s'est récemment fait dépasser par le Chinois Lenovo. Les ventes de PC baissent en raison du succès des tablettes et des smartphones, dont HP n'a pas réussi à profiter, ses produits n'ayant pas connu le succès espéré auprès du grand public. De plus, la concurrence de nouveaux acteurs asiatiques, dont Lenovo, qui a racheté la branche PC de IBM, a fait plonger la rentabilité de ce secteur désormais en crise. La division PC est devenue un vrai boulet pour HP, qui pourrait profiter de la scission de l'entreprise pour la céder à un concurrent.

En savoir plus sur:

Nos partenaires