Quand les publicitaires dénoncent leurs propres annonceurs...

11/02/10 à 08:32 - Mise à jour à 08:32

Source: Trends-Tendances

Une vingtaine d'agences de publicité ont "fermé" hier leurs sites Internet pour une durée d'une semaine, rapportent jeudi De Standaard et De Tijd. Cette "grève virtuelle" est une initiative de l'Association of Communication Companies (ACC), qui proteste contre le fait que certains annonceurs se livrent une concurrence trop féroce.

Quand les publicitaires dénoncent leurs propres annonceurs...

Sur les sites d'entre autres Saatchi & Saatchi, LDV, Famous, Ogilvy, VVL-BBDO et Boondoggle se trouve un texte qui explique la situation. Bien que la compétition entre les agences de publicité pour obtenir la campagne d'un annonceur soit naturelle dans le secteur, les agences estiment que les annonceurs ne respectent pas les règles.

"Nous avons convenu avec l'Union belge des annonceurs (UBA) d'un certain nombre de règles de conduite, voici quelques années, pour déterminer la meilleure manière d'organiser cette compétition : depuis un an, nous constatons que certains annonceurs ne suivent plus ces règles", déplore Harry Demey (agence LDV).

Ces règles indiquent notamment que trois agences au maximum peuvent être invitées à participer à une telle compétition, plus éventuellement l'agence sortante. Elles indiquent également que seule une proposition stratégique, et non créative, peut être demandée et que celle-ci doit être rémunérée.

Selon Harry Demey, des compétitions sont organisées avec 10 agences, il n'y a souvent aucun remboursement des frais et les annonceurs organisent des compétitions pour finalement rester chez leur ancienne agence. "De cette manière, beaucoup d'argent va être perdu dans le secteur", conclut-il.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires