Proximus en justice pour une affaire de fraude aux SMS

12/02/16 à 08:01 - Mise à jour à 08:08

Source: Belga

Le géant des télécoms, Proximus, est inculpé dans une affaire de fraude aux SMS commise par plusieurs entreprises dans la région d'Anvers. Proximus aurait omis de communiquer des données sur ce dossier malgré le fait que ce soit une obligation légale imposée aux opérateurs, indique vendredi l'Echo.

Proximus en justice pour une affaire de fraude aux SMS

© Belga

La justice anversoise a mené l'enquête sur un réseau d'entreprises "facilitatrices" de SMS dans la région d'Anvers. Ces entreprises achetaient de grosses quantités de messages SMS et leur attribuaient différents codes dans le cadre d'opérations de SMS surtaxés (vote lors d'un programme TV, ...). La plupart des sociétés concernées par l'enquête ont été créées en 2006 par un homme d'affaires de 45 ans, principal suspect dans le dossier. Les services proposés portaient sur des millions d'euros, mais lors de la faillite d'une des entreprises de SMS en janvier 2012, le curateur n'a pas pu mettre la main sur la comptabilité.

Les enquêteurs ont découvert que ces entreprises de SMS faisaient en fait partie d'un carrousel TVA via l'étranger. D'après eux, des factures portant sur de grosses quantités de messages SMS émis par les acheteurs ont été manipulées. Le montant de la fraude a été évalué à 1,8 million d'euros.

Au total, le parquet poursuit onze parties. En plus du principal suspect, Dirk V., on trouve les directeurs et les cofondateurs des entreprises de SMS (entretemps tombées en faillite) et des directeurs des entreprises clientes. Le onzième inculpé du dossier n'est rien moins que Proximus, qui aurait omis de fournir des données à la Justice. Le tribunal correctionnel d'Anvers traitera ce dossier sur le fond les 19 et 20 mai.

En savoir plus sur:

Nos partenaires