Prépensions chez Opel : ça coince au gouvernement

20/07/10 à 10:57 - Mise à jour à 10:57

Source: Trends-Tendances

Joëlle Milquet, ministre fédérale de l'Emploi, a approuvé la prépension à 50 ans pour les travailleurs d'Opel. Au grand dam de l'Open VLD, qui ont officiellement demandé au Premier ministre, Yves Leterme, d'intervenir dans le dossier.

Prépensions chez Opel : ça coince au gouvernement

© Belga

Joëlle Milquet, ministre de l'Emploi, a approuvé la prépension pour les travailleurs d'Opel dès l'âge de 50 ans, ce volet du plan social étant "bien plus avantageux pour la Sécurité sociale et les travailleurs concernés qu'une mise au chômage", a annoncé lundi soir le cabinet de la vice-Première ministre dans un communiqué.

La ministre a accepté la demande des partenaires sociaux d'approuver la convention collective prépension conclue au niveau de l'entreprise et de reconnaître l'entreprise comme entreprise en restructuration.

Pour motiver sa décision, Joëlle Milquet invoque notamment l'avis positif unanime de la commission prépension à ce sujet, ainsi que "le fait que le gouvernement flamand n'a pas émis d'avis contraire sur l'âge de la prépension et que cette position peut dès lors être considérée comme un avis positif, selon la demande adressée par la ministre de l'Emploi au ministre-président du gouvernement flamand".

En outre, les coûts pour la Sécurité sociale d'une mise en prépension de 641 personnes sont fortement inférieurs aux coûts d'une mise au chômage de ces 641 travailleurs s'ils ne pouvaient pas bénéficier de cette mise en prépension, souligne la ministre. "Il appartient maintenant à la Région flamande de tout mettre en oeuvre pour éviter que les personnes concernées restent sans emploi, et donc pour les accompagner au mieux, notamment en matière d'outplacement afin de leur retrouver un travail au plus vite".

Prépensions chez Opel : "Leterme doit intervenir !", estime l'Open VLD

L'Open VLD prend ses distances par rapport à la décision de la ministre de l'Emploi. Les libéraux flamands, membres du gouvernement fédéral sortant, demandent au Premier ministre Yves Leterme d'intervenir dans ce dossier, ont-ils fait savoir lundi soir.

L'Open VLD, par la voix de son président Alexander De Croo, avait déjà fait part de ses réserves par rapport à l'idée d'autoriser la prépension à partir de 50 ans aux travailleurs d'Opel Anvers. "Le vice-Premier ministre Guy Vanhengel a fait part par écrit de nos réserves, tant au Premier ministre Yves Leterme qu'à la ministre de l'Emploi Joëlle Milquet, et a demandé expressément de mettre ce dossier à l'agenda du conseil des ministres" d'aujourd'hui mardi.

"Joëlle Milquet procède maintenant à une fuite en avant dans une tentative de mettre ses collègues devant le fait accompli", regrette dans un communiqué Alexander De Croo, estimant que c'est "du jamais vu !"

L'Open Vld demande dès lors au Premier ministre sortant de prendre ses responsabilités et d'intervenir dans ce dossier, jugeant qu'un gouvernement en affaires courantes doit traiter ce genre de dossier avec prudence.

Prépensions chez Opel : General Motors conçoit que la décision n'était pas évidente

"GM Belgium est pleinement consciente que la décision n'allait pas de soi et n'était pas évidente et est satisfaite de la solution présentée", a indiqué lundi soir l'entreprise dans un communiqué.

L'entreprise souligne que tous les efforts sont entrepris afin que les travailleurs puissent de nouveau jouer un rôle actif sur le marché du travail. La cellule emploi a été mise en place et quatre bureaux spécialisés aident tous les ouvriers et les employés à trouver le plus vite possible un nouvel emploi via un suivi intensif.

GM Belgium "apprécie" aussi le soutien du gouvernement flamand dans le dossier Opel. La recherche d'un repreneur/investisseur se poursuit et une série d'experts, le management de GM, en collaboration avec le gouvernement flamand, cherchent un avenir pour le site d'Anvers.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires