Prémaman n'est plus belge

27/06/12 à 18:56 - Mise à jour à 18:56

Source: Trends-Tendances

Secouée par des difficultés financières, l'enseigne belge de puériculture tombe entre les mains de la société française Orchestra.

Prémaman n'est plus belge

© BELGA/BELPRESS

Prémaman, créée par Gaston Escojido en 1953, est rachetée par la société Orchestra, qui détiendra désormais 100 % du capital de la société familiale. Orchestra est, comme Prémaman, une chaîne de magasins spécialisée dans les vêtements pour enfants et les articles de puériculture. En forte croissance, Orchestra (cotée sur Euronext) a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires consolidé de 275 millions d'euros (+54 % sur un an), pour un résultat opérationnel de 5,2 millions d'euros. L'entreprise détient en Belgique une dizaine de magasins "Club Orchestra", situés essentiellement en Wallonie. La société française a réalisé en Belgique un chiffre d'affaires de 7,4 millions d'euros en 2011, pour un résultat net de 936.000 euros.

En rachetant Prémaman (300 magasins, dont environ 130 en Belgique), Orchestra met la main sur une entreprise qui connaît certaines difficultés financières. En 2010, son chiffre d'affaires chutait à 62 millions d'euros (-4,3 %), et ses pertes s'élevaient à 2,4 millions d'euros (plus 3 millions d'euros de pertes reportées). Comme nous le révélions en exclusivité en juillet 2011, la société familiale belge était alors à court de liquidités. Plusieurs éléments peuvent expliquer ces mauvais résultats. Tout d'abord, une guerre des prix et une concurrence exacerbée d'acteurs spécialisés comme Baby 2000, Aubert, Dreambaby, mais aussi des géants du textile comme H&M ou Zara. Ensuite, des développements hasardeux dans des pays qui se sont révélés fragiles : Grèce (36 magasins), Irlande, Portugal, Tunisie, Lybie, Syrie, Egypte... Et enfin, une image désuète et un manque de dynamisme dans les nouvelles collections.

Malgré cette situation délicate, le general manager Bruno Escojido nous assurait fin 2011 que "Prémaman n'a pas l'intention de vendre". Et ce malgré le fait que la Banque Degroof avait été mandatée pour "trouver des solutions". Le patron a visiblement changé d'avis. Le défi d'Orchestra consistera désormais à redresser les enseignes Prémaman afin de renouer avec la rentabilité.

Gilles Quoistiaux

En savoir plus sur:

Nos partenaires