Poweo et son énergie "low-cost" débarquent en Flandre et à Bruxelles

05/05/15 à 12:40 - Mise à jour à 16:29

Après quelques mois d'essais concluants dans le sud du pays, Poweo entend maintenant séduire le reste de la Belgique. Sa promesse ? Des prix 'low-cost', mais jamais de 'low-service'.

Poweo et son énergie "low-cost" débarquent en Flandre et à Bruxelles

/ © DR

Poweo, ancien concurrent du groupe Direct Energie, est désormais sous sa tutelle. Après la France, les deux entreprises ainsi réunies espèrent bien conquérir la Belgique. L'aventure a débuté l'an dernier, en juillet 2014. Seul le sud du pays était jusqu'alors concerné. Mais dès aujourd'hui, l'objectif s'élargit.

Objectif : 400 000 clients

Depuis plus de dix ans, le marché du gaz et de l'électricité se libéralise en Belgique. La Flandre a été la première à prendre de telles mesures, visant les personnes privées. La Wallonie et Bruxelles ont suivi en 2007. Cette métamorphose profonde aurait entraîné une compétition accrue. Xavier Caïtucoli, CEO et fondateur de Direct Energie, nous précise ainsi qu'aujourd'hui, "tout le monde peut changer de fournisseur". Et bien sûr, il espère que les Belges choisiront de faire appel à ses services.

Poweo a déjà conquis une partie de la France, où il compte 1,3 million d'utilisateurs. En Belgique, il n'y en a pour l'instant que 10 000. Un chiffre qui, même s'il n'a "l'air de rien", laisse Xavier Caïtucoli très confiant sur l'avenir du groupe. D'ici 2018, le Corse espère ainsi deux choses : "apprendre le flamand" et "atteindre les 400 000 clients". Et malgré un léger retard dans le lancement national, il pense déjà pouvoir séduire 50 000 personnes avant la fin de l'année. "Le vrai lancement, c'est maintenant", a-t-il annoncé tout sourire.

Des tarifs compétitifs

D'après lui, Poweo possède deux atouts majeurs. Ses tarifs d'abord, "parmi les plus compétitifs". Nous avons vérifié pour vous, sur la base de stimulations d'une famille de trois personnes, vivant à Bruxelles et dépensant chaque année 3500 Kwh en gaz, et en électricité. Les cinq comparateurs mis à contribution, dont Mon Energie, Mes Fournisseurs ou encore Kill The Bill placent tous Poweo parmi les cinq meilleures offres. Mes Fournisseurs le hisse même sur la première place du podium pour les prix du gaz naturel, et ceux de l'électricité, grâce à des promotions éphémères. Ce qui restera stable en revanche, c'est le coût des offres, pendant un an. Ensuite, Xavier Caïtucoli l'assure, l'entreprise tâchera de rester parmi les plus compétitives, et ce en dépit d'un marché fluctuant. Pour cela, il compte sur des économies d'échelles réalisées grâce au seuil du million de clients déjà atteint, et sur des marges allégées. "On n'est pas des rentiers", a-t-il ajouté à ce sujet.

Poweo, qui s'adresse principalement aux familles et aux petits consommateurs, dit aussi se démarquer par son service client. "Nous avons vocation à être low-cost, a expliqué son PDG, mais jamais low-service". En France, cela fait huit ans que l'entreprise est récompensée pour cet engagement par le Viséo Conseil.

Poweo à la conquête de l'Europe ?

En attendant les retours sur ce point, Xavier Caïtucoli se prend déjà à rêver de l'avenir. Pour le moment, Poweo ne produit pas d'électricité en Belgique (c'est le cas en France grâce à des centrales hydroélectriques). Mais cela pourrait bien changer. Le PDG évoque cinquante millions d'euros d'investissements dans le développement de la firme. "Nous avons vocation à être un investisseur en amont et en aval", et plus précisément dans le secteur de l'énergie verte, même si l'utilisation du photovoltaïque ou de l'énergie éolienne n'est pas encore envisagée. Il n'entend pas abandonner non plus les centrales TGV, qu'il juge indispensables. Il a d'ailleurs investi dans l'une d'entre elles, en Bretagne.

Quant au projet d'aller explorer d'autres pays que la Belgique, choisie pour sa proximité géographique et culturelle, si Xavier Caïtucoli ne renie pas l'idée, il ne s'étend pas dessus. Pour l'heure, il n'a qu'une seule certitude : si cela doit se faire, ce sera encore en Europe de l'Ouest.

Perrine Signoret

En savoir plus sur:

Nos partenaires