Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

15/06/16 à 14:50 - Mise à jour à 14:55

Pourquoi Microsoft a cassé sa tirelire pour racheter LinkedIn

Pourquoi Microsoft a-t-il payé 26 milliards de dollars cash pour acheter le réseau social LinkedIn ? Tentative d'explications.

Pourquoi Microsoft a cassé sa tirelire pour racheter LinkedIn

© Reuters

C'était la surprise de cette semaine - et quelle surprise! - Microsoft a annoncé avoir cassé sa tirelire pour acheter le réseau social LinkedIN pour la bagatelle de 26 milliards de dollars, en cash!

Les médias ont pris leur calculette pour vous donner une idée : 26 milliards de dollars, c'est l'équivalent du PIB du Sénégal, l'équivalent de 4 fois le déficit de la sécurité sociale en France ou encore, l'équivalent de 6 Airbus A380 ! Souvenez-vous, quand Facebook avait acheté le site de partage de photos Instagram pour 1 milliard de dollars, tout le monde avait poussé des cris d'étonnement. Même chose quand Google a acheté YouTube pour 1,6 milliard de dollars ou quand Facebook a racheté WhatsApp pour 19 milliards.

Ici, avec ce montant de 26 milliards de dollars, tous les records sont franchis pour acheter LinkedIn. Et comme il y a 433 millions d'utilisateurs de ce réseau social, et si vous en faites partie comme moi, alors sachez que votre compte ou mon compte LinkedIn vaut donc 53 euros. Certains internautes ont déjà réagi négativement à ce rachat, l'un d'eux écrit même, je le cite : "Bref, une fois de plus, l'utilisateur est piégé. A-t-il le choix de claquer la porte d'un des réseaux les plus essentiels pour beaucoup de professions ? Non, hélas, et pour ma part, cela fait 10 ans que j'ai systématiquement trouvé tous mes postes via LinkedIn. Mais je me sens aussi, quelque part, "cambriolé" (...). Quelle garantie a-t-on que nos profils ne vont pas être épluchés en masse via des filtres de recherches ultras pointus, que nos conversations privées vont le rester, que les réseaux de connaissance ne vont pas être analysés, les centres d'intérêt scrutés...?"

Partager

La population de LinkedIn est composée majoritairement de cadres, c'est donc une mine de consommateurs, d'influenceurs et de décideurs, alors que Facebook accueille tout le monde.

Vous l'avez compris : en rachetant le réseau social LinkedIn, la société Microsoft va tenter de prendre en charge toute notre vie au boulot comme l'a expliqué son PDG dans une note interne à ses salariés. Vous allez, par exemple, recevoir un flux d'actualité LinkedIn qui vous enverra des articles en lien avec l'objet de votre travail. Le logiciel Office pourra aussi vous proposer l'aide d'un expert, en analysant la tâche que vous essayez d'accomplir et ainsi de suite...En mettant 26 milliards de dollars sur la table pour racheter LinkedIn, Microsoft va tenter de retrouver un lien direct avec l'utilisateur final dont il s'est éloigné au fil du temps. Certains internautes voient donc ce rachat avec beaucoup d'ironie, l'un d'eux, je le cite encore, écrit : "faut voir le bon côté des choses. Tu rédiges ta lettre de démission sous Word, et hop, ton profil LinkedIn annonce que tu pars". Il n'a pas tort, car si Microsoft a mis le paquet pour racheter LinkedIn, c'est parce que ce réseau social a des données plus intéressantes que celles de Facebook. La population de LinkedIn est composée majoritairement de cadres, c'est donc une mine de consommateurs, d'influenceurs et de décideurs, alors que Facebook accueille tout le monde. Voilà, en résumé, pourquoi Microsoft a cassé sa tirelire.

En savoir plus sur:

Nos partenaires