Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

29/04/15 à 11:29 - Mise à jour à 11:29

Pourquoi le rachat de Base par Telenet est vraiment une mauvaise nouvelle

Dans bien des cercles, on ne raffole généralement pas trop des fusions ou rachats entre grandes entreprises. La preuve.

Pourquoi le rachat de Base par Telenet est vraiment une mauvaise nouvelle

/ © Belga

Pour les médias, quand deux opérateurs télécoms comme Telenet et Base fusionnent, comme cela vient d'être annoncé, cela veut dire qu'au lieu d'avoir deux annonceurs, ils n'en auront plus qu'un seul. Donc, c'est une source de revenus publicitaires en moins.

Les syndicats, eux non plus, ne sont pas très ravis de cette décision de rachat de Base par Telenet, car si Base est connu pour gérer ses coûts au compas, cela veut dire qu'il risque d'y avoir surtout de la casse sociale du côté de Telenet. Pour l'heure, les dirigeants des deux sociétés ne confirment rien de tout cela, car disent-ils, il est "trop tôt" pour évaluer l'impact en termes de ressources humaines.

Partager

Pourquoi le rachat de Base par Telenet est vraiment une mauvaise nouvelle

En revanche, une chose est quasi certaine, le rachat de Base par Telenet risque de se traduire par une hausse des prix pour le consommateur. Là encore, le discours officiel consiste à dire que ce ne sera pas le cas, mais comme dirait l'autre, on n'est pas obligé de tout croire sur parole non plus. En effet, le rachat de Base s'est fait au prix de 1,3 milliard d'euros. Et même si ce prix, qui est plus élevé que prévu par les experts, peut se justifier par le fait qu'il y aura des synergies de l'ordre de 150 millions d'euros entre Base et Telenet, il n'en reste pas moins que ce prix assez élevé, il faudra bien l'amortir d'une façon ou d'une autre. Au-delà de la réduction des coûts, ce sera donc sans doute aussi le consommateur final qui paiera une partie de ce deal.

L'association des consommateurs Test-Achats s'inquiète d'ailleurs de ce rachat qui va "renforcer une situation de duopole en Belgique, avec d'un côté Telenet et de l'autre Proximus". Et la même association s'inquiète aussi d'une éventuelle hausse des prix. Une inquiétude partagée par le ministre fédéral des télécommunications qui a insisté pour que les autorités de contrôle s'assurent qu'il subsiste un maximum de concurrence en Belgique. D'autant qu'en Flandre, la société Telenet est souvent critiquée pour la hauteur et l'augmentation continue de ses tarifs.

Sur le plan des consommateurs, ce rachat de Base par Telenet est donc une assez mauvaise nouvelle, car comme le disait le patron de Mobistar à nos confrères du Soir, "ce deal est une mauvaise nouvelle pour le consommateur, car l'opérateur câblé le plus cher d'Europe s'apprête à racheter l'opérateur mobile low cost de Belgique".

Et ce n'est pas le patron de Base qui pourra le contredire, car avant d'être avalé tout cru par Telenet, il passait son temps à expliquer aux médias, qu'il y avait un manque de concurrence sur le marché belge. Aujourd'hui, on ne l'entend plus sur ce sujet. C'est normal, hier il pouvait dire ce qu'il voulait, puisqu'il était indépendant. Aujourd'hui, il vient de se faire racheter et donc il se tait. C'est la dure loi du business.

Nos partenaires