Pourquoi la voile bénéficie aujourd'hui de vents favorables en termes de sponsoring

18/02/18 à 10:00 - Mise à jour à 10:03
Du Trends-Tendances du 01/02/18

Au mois de novembre prochain, Jonas Gerckens participera pour la première fois à la mythique Route du Rhum, l'une des plus prestigieuses courses à la voile en solitaire. Mais avant la célèbre compétition, le skipper vit une autre aventure : la recherche de financement.

La Route du Rhum est probablement à la voile en solitaire ce qu'est la Coupe du Monde au football. Organisée tous les quatre ans, elle est le grand rendez-vous à ne pas manquer pour les fans de navigation. En novembre prochain, Jonas Gerckens, un skipper belge, en prendra le départ. Mais avant d'y arriver, la route sera encore longue. La préparation du sportif sera évidemment cruciale, mais être au meilleur de sa forme ne sera peut-être pas l'étape qui lui aura demandé le plus d'énergie. Car pour Jonas Gerckens, être skipper ce n'est pas uniquement chercher les meilleurs vents et la trajectoire parfaite, c'est aussi gérer son projet de A à Z. Et cela commence par la recherche de sponsors, indispensables soutiens pour financer son périple. " Il faut compter au moins 250.000 euros pour s'engager en GP2. C'est le minimum, mais cela peut monter bien plus haut ", glisse d'emblée Jonas Gerckens, qui a également un oeil attentif sur toutes les étapes qui précèdent le départ. Développement du bateau, recherche du meilleur équipement, il est responsable de tout. " Il faut être un véritable chef d'entreprise et porter de nombreuses casquettes, ajoute le navigateur. Skipper, c'est une dizaine de métiers. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires