Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

01/09/16 à 11:39 - Mise à jour à 06/09/16 à 11:50

Pourquoi l'Irlande ne veut-elle pas du remboursement d'Apple?

Depuis quelques jours la voix de l'Europe est davantage respectée aux Etats-Unis. Il faut dire que la commissaire européenne à la concurrence, la Danoise, Margrethe Vestager, a frappé un grand coup en demandant à Apple de rembourser 13 milliards d'euros à l'Irlande pour avoir profité d'avantages fiscaux indus entre 2003 et 2014 !

Pourquoi l'Irlande ne veut-elle pas du remboursement d'Apple?

© AFP

Il était temps car sur d'autres plans, comme le Brexit ou les flux migratoires, la Commission européenne était très critiquée. Mais ici, en demandant à une multinationale de rembourser 13 milliards d'euros à l'Irlande, la commission européenne a montré les dents et souligné qu'en période de rigueur budgétaire pour les citoyens, il n'était pas question qu'une firme comme Apple puisse profiter d'avantages fiscaux qui en réalité ne sont pas conformes au droit européen.

Ce qui est amusant dans cette affaire, c'est que le gouvernement irlandais n'est pas content, mais pas content du tout de recevoir cette somme de 13 milliards d'euros... L'Irlande a bâti sa réputation sur sa fiscalité très douce pour les multinationales. Cet argent risque donc de lui brûler les doigts, car si cette amende n'est pas diminuée rapidement via un lobbying intense, l'Irlande risque alors de perdre son image de paradis fiscal pour les multinationales comme Google ou Apple, et ce serait fini pour sa compétitivité. Voilà pourquoi l'Irlande ne veut pas de ses 13 milliards d'euros alors que cet argent pourrait régler son budget santé, ou bâtir l'équivalent de 100.000 maisons pour les plus pauvres, ou diminuer une partie de sa dette publique.

Quant aux politiques américains, y compris Barack Obama, ils ont montré leur mécontentement à l'égard de l'Europe. Ils disent, en gros, que l'Europe est jalouse du succès des multinationales américaines et que nous autres Européens nous voulons affaiblir ces multinationales à coup d'amendes colossales. C'est faux, mais comme nous sommes en période électorale, ils n'ont pas d'autre choix que de dire ce genre de choses.

Partager

Les Etats-Unis voudraient qu'Apple rapatrie les centaines de milliards de dollars de trésorerie qu'elle a planqués hors du pays.

La vérité, c'est que les Américains voudraient aussi qu'Apple, ou d'autres firmes du même genre, rapatrient les centaines de milliards de dollars de trésorerie qu'elles ont planqués hors des Etats-Unis.

Evidemment le patron de Google n'acceptera de le faire que s'il est assuré que cet argent ne sera pas trop taxé au retour - c'est une forme de chantage fiscal - mais si les politiciens américains râlent à ce point, c'est parce qu'en fixant une amende record de 13 milliards d'euros à Apple, c'est autant d'argent qui ne rentrera pas aux Etats-Unis.

En clair, les politiciens américains gueulent sur l'Europe uniquement par égoïsme national, autant le savoir et ne pas écouter. Après tout, les Américains ne se sont pas gênés pour infliger des amendes énormes à BNP Paribas ou à d'autres banques européennes sans nous demander l'autorisation. La justice doit fonctionner des deux côtés de l'Atlantique et pas d'un seul côté.

En savoir plus sur:

Nos partenaires