Pour les communes flamandes, AB InBev n'est pas Dexia...

31/05/10 à 15:25 - Mise à jour à 15:25

Source: Trends-Tendances

Les autorités flamandes avaient "légèrement" incité les communes, à l'automne dernier, à prendre part à l'augmentation de capital dans le Holding Communal, actionnaire de Dexia. Louvain a fait le test avec AB InBev... Une tentative "cassée" par Geert Bourgeois, ministre flamand des Affaires intérieures.

Pour les communes flamandes, AB InBev n'est pas Dexia...

© Bloomberg

Geert Bourgeois, ministre flamand (N-VA) des Affaires intérieures, a cassé la décision du conseil communal de Louvain qui envisageait d'acheter pour 1.000 euros d'actions AB InBev. La position du ministre flamand était attendue. Si Louvain n'avait de toute façon pas l'intention d'acquérir réellement des actions AB InBev, la commune voulait contraindre Geert Bourgeois à se prononcer sur les participations communales dans du capital à risque...

Le conseil communal de Louvain avait élaboré ce scénario après que les autorités flamandes eurent "légèrement" incité les communes, à l'automne dernier, à prendre part à l'augmentation de capital dans le Holding Communal, actionnaire de Dexia. La commune cherchait notamment à savoir auprès du ministre Bourgeois pourquoi elle ne peut acheter d'actions AB InBev alors qu'elle devait le faire pour le Holding Communal.

Dans les deux cas, il s'agit pourtant d'une participation dans un capital à risque, domaine sur lequel une commune ne peut, en théorie, pas prendre de décision. "Les aventuriers du Holding Communal sont prévenus s'ils reviennent encore avec une initiative similaire, prévient Louis Tobback, bourgmestre de Louvain. Nous abuserons, avec plaisir, de la décision de Geert Bourgeois pour ne pas répondre à leurs appels !"

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires