Peu d'informations filtrent sur un candidat potentiel à la reprise de Durobor

14/04/17 à 21:26 - Mise à jour à 21:26

Source: Belga

Les syndicats ont tenu vendredi une réunion avec le cabinet du ministre wallon de l'Economie et de l'Industrie Jean-Claude Marcourt. Les conséquences du dépôt de bilan chez Durobor et le soutien du gouvernement wallon ont été au centre des débats. Peu d'informations ont filtré quant à un potentiel candidat repreneur, a indiqué la CSC.

Peu d'informations filtrent sur un candidat potentiel à la reprise de Durobor

© Image Globe

Selon la CSC, un candidat potentiel à la reprise de la gobeleterie Durobor à Soignies existe bien. Mais peu d'informations ont filtré lors de la réunion de vendredi entre les syndicats et le cabinet du ministre Jean-Claude Marcourt.

"La Sogepa nous a informés de son intention d'introduire une demande auprès du gouvernement wallon de soutenir l'entreprise Durobor pendant une période transitoire allant jusque fin juin", a indiqué Ricco Zara de la CSC. "Cette période de transition serait mise à profit pour continuer les discussions et éventuellement conclure avec un candidat repreneur qui a porté une marque d'intérêt pour l'entreprise. Le point sera mis à l'ordre du jour de la réunion du gouvernement wallon du 20 avril."

En début de semaine, le tribunal de commerce de Mons avait pris en compte l'opposition de la Sogepa, bras financier de la Région wallonne, à la déclaration de faillite pure et simple en postposant sa décision quant à cette faillite au 24 avril.

Un candidat potentiel à la reprise de Durobor s'est donc signalé. "Nous n'avons reçu aucune information sur le candidat potentiel", a poursuivi Ricco Zara. "Nous savons juste qu'il s'agit d'un industriel qui a déjà une ou des sociétés, qui est intéressé par reprendre une verrerie mais qui, en cas de reprise, voudrait diversifier les produits actuellement fabriqués chez Durobor. La Sogepa semble confiante dans les plans industriels et financiers qui seraient mis en place."

Selon la CSC, si le gouvernement wallon accepte la période transitoire, la Sogepa devrait désigner en conséquence un manager de crise qui gérerait l'entreprise pendant cette période. "La Sogepa assumerait toutes les charges du personnel ainsi que toutes les factures des fournisseurs pour les matières premières, d'emballage et d'énergie qui se rapporteront à la période transitoire. Elle s'est également engagée à payer les salaires d'avril, mai et juin", a précisé la CSC.

Selon le syndicat, en cas d'accord du Gouvernement Wallon le 20 avril prochain, les lignes de production, actuellement à l'arrêt, seraient redémarrées dès le vendredi 21 avril. "Nous avons toutefois rappelé que les travailleurs ont déjà fait énormément d'efforts depuis la dernière reprise de Durobor il y a 5 ans", a poursuivi Ricco Zara. "Ils ont été contraints d'accepter une diminution de près de 20% de leurs salaires. Nous espérons que l'ensemble des 220 travailleurs soient repris dans tout projet futur. Dans le cas contraire, nous serons attentifs à ce que les travailleurs qui seront laissés sur le carreau puissent prétendre à un volet social."

Une nouvelle réunion avec les organisations syndicales et le cabinet Marcourt est programmée le 24 avril, dans la foulée de l'audience du tribunal de commerce qui doit statuer sur la faillite de Durobor.

Nos partenaires