Pétrole : découverte "majeure" d'un gisement en mer de Barents

09/01/12 à 12:01 - Mise à jour à 12:00

Source: Trends-Tendances

Même pris conjointement, les deux gisements dévoilés par Statoil sont d'une taille modeste par rapport à certains mastodontes pétroliers. Ils ouvrent toutefois des perspectives prometteuses dans l'Arctique pour la Norvège.

Pétrole : découverte "majeure" d'un gisement en mer de Barents

© Harald Pettersen/Statoil

Statoil annonce avoir découvert un nouveau gisement "majeur" de pétrole en mer de Barents qui pourrait contenir jusqu'à 300 millions de barils équivalent-pétrole extractibles, a annoncé le groupe pétrolier norvégien lundi.

Baptisé Havis, ce gisement est le jumeau de Skrugard, un autre gisement annoncé par Statoil en avril dernier, ce qui confirme le potentiel des eaux jusqu'alors largement inexplorées de la mer de Barents. Ensemble, les deux gisements sont susceptibles de contenir entre 400 millions et 600 millions de barils équivalent-pétrole (mbep), selon des chiffres encore provisoires de la compagnie norvégienne dans un communiqué.

"Les découvertes Skrugard et Havis ouvrent une nouvelle province pétrolière dans le Nord", a affirmé Helge Lund, directeur général du groupe.

Ces deux gisements de pétrole sont d'une taille modeste par rapport à certains mastodontes...

Voisines mais ne communiquant pas, les deux structures, séparées d'environ 7 km seulement, devraient pouvoir être exploitées conjointement, ce qui permettra aux partenaires du projet de limiter les coûts de développement.

Couverts par la même licence d'exploitation, les deux gisements sont contrôlés par Statoil (50 %), l'italien Eni (30 %) et la société publique norvégienne Petoro (20 %).

Même pris conjointement, les deux gisements sont toutefois d'une taille modeste par rapport à des mastodontes tels que Statfjord (environ 3,6 milliards de barils), découvert en 1974 en mer du Nord. Mais ils ouvrent des perspectives prometteuses dans l'Arctique pour la Norvège, dont la production d'hydrocarbures ne cesse de décliner depuis 10 ans.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires